fbpx
Actualités
Partager sur

Évry : il assassine sa femme à la machette devant ses quatre enfants

Évry : il assassine sa femme à la machette devant ses quatre enfants

Lundi matin, à Évry, un homme a tué sa femme à coups de machettes devant leurs quatre enfants. Une dispute à propos d'un baby-sitting effectué par une de ses filles est à l'origine du drame.

« Un véritable drame que je ne sais pas qualifier, absolument barbare ». C’est ainsi que Francis Chouat, le maire PS d’Évry, a évoqué l’assassinat d’une mère de famille dans sa commune de l’Essonne (91), lundi matin. A la suite d’une dispute familiale à propos d’un baby-sitting effectué par l’une des filles du couple, le père, souffrant de troubles psychologiques, a littéralement perdu pied. Muni d’une machette, il a tué sa femme devant leurs quatre enfants. Les deux autres enfants, âgés de 9 et 13 ans, que l’aînée gardait, ont également assisté à l’horrible scène.

Il lui tranche les pieds et une main à la machette

Les faits dramatiques se sont déroulés dans le quartier résidentiel du Champtier-du-Coq. Le Parisien rapporte qu’une dispute a éclaté dans l’appartement familial entre le père de famille et la fille aînée des quatre enfants du couple (deux grandes filles de 17 et 20 ans et des jumelles de 6 ans). Le quinquagénaire s’en serait violemment pris à la jeune fille à propos d’un baby-sitting effectué par cette dernière. Alors, la mère, qui ne travaille pas ce jour là, s’interpose. Mais son mari est déjà incontrôlable. Il se met à la frapper avec une machette, à plusieurs reprises, allant jusqu’à lui trancher les pieds et une main. Horrifiée, l’une des enfants contactent les secours, en vain. La mère de famille succombe à ses mutilations à son arrivée à l’hôpital.

Tous les enfants pris en charge

Tous les enfants ont été hospitalisés et une cellule psychologique a été mise en place. Le père a également été hospitalisé ce qui « laisse entendre des troubles psychiatriques graves, mais cette famille n’avait pourtant jamais posé de problèmes » a confié Francis Chouat. Il a poursuivi en expliquant que « cette famille n’avait pourtant jamais posé de problèmes ». Des riverains ont décrit une famille appréciée et connue du quartier. Solidaires, voisins et amis ont crée une cagnotte pour financer le rapatriement de la défunte en Algérie.