fbpx
Actualités
Partager sur

Etats-Unis : un père tue son fils en le serrant contre son torse pour le calmer

Etats-Unis : un père tue son fils en le serrant contre son torse pour le calmer
Partager
Partager sur Facebook

A Washington aux Etats-Unis, un père est accusé d'avoir assassiné son fils de cinq semaines en le serrant contre lui car il ne supportait plus les cris de l'enfant.

Horreur. Un américain âgé de 28 ans et vivant à Washington est accusé d’un fait sordide. Le 4 août dernier, ne supportant plus les cris et les pleurs de son bébé de cinq semaines, il a commis l’irréparable. L’homme a tué son fils en lui broyant les vertèbres. C’est la mère du nourrisson qui a fait la macabre découverte.

« Le père le serre contre son torse et un craquement se fait entendre »

« Je l’ai fait, je suis un monstre ». C’est par ces mots que Robert Smith a avoué son terrible méfait. Le matin du mardi 4 août 2015, l’homme et son épouse se relaient à tour de rôle pour s’occuper de leur petit bébé, âgé de cinq semaines. Agité, l’enfant ne cesse de brailler et n’arrive pas à trouver le sommeil. Son père vient alors à son chevet pour le calmer. Visiblement peu habile par rapport à l’attitude à adopter dans cette situation, Robert Smith va faire un acte qu’il regrettera pour le restant de ses jours. Prenant son fils dans ses bras, il le serre contre son torse et un craquement se fait entendre. Le père vient de briser les vertèbres de son enfant.

La mère découvre son enfant sans vie

Après cette blessure, l’homme nourrit son enfant puis le recouche dans son berceau. Ce n’est que quelques heures plus tard que le couple se rend compte de la mort du bébé. Quand la maman vient s’assurer que son enfant va bien, elle le découvre sans vie. Horrifiée, elle appelle à l’aide et son mari pratique un massage cardiaque sur le petit corps, en vain. Selon les documents de la police, ce n’était pas la première fois que Robert Smith pratiquait cette méthode « d’écrasement » pour calmer son enfant.

Des multiples fractures constatées par le médecin légiste

Selon le mandat d’arrêt, le père a déclaré que son bébé pleurait beaucoup et que cela devenait difficile à gérer. Alors, pour le calmer, il le serra fortement contre son torse. Chose qu’il a faite « plusieurs fois au cours de la vie de l’enfant », à chaque fois que celui-ci pleurait. En effet, le médecin légiste a constaté de multiples fractures plus ou moins récentes au niveau des côtes. De plus, une vertèbre et un poignet étaient fracturés, ainsi que des abrasions localisées derrière sa tête. Devant la Cour de justice, Smith a révélé qu’il avait serré le petit garçon environ à trois ou quatre reprises les jours précédant sa mort, à chaque fois qu’il semblait hagard.

La prochaine audience se déroulera le 27 août tandis que l’avocate de Robert Lewis a demandé sa libération, plaidant le fait qu’il n’avait jamais eu affaire avec la justice. Elle a aussi défendu le fait qu’il s’était conduit comme un bon père durant le court laps de temps de la vie de l’enfant. Mais la procureure, loin d’être en accord avec l’avocate, a demandé à ce que l’homme reste derrière les barreaux, ce mauvais comportement ayant été répété à maintes reprises.