fbpx
Actualités
Partager sur

Dubaï : il laisse sa fille se noyer par croyance religieuse

Dubaï : il laisse sa fille se noyer par croyance religieuse
Partager sur Facebook

Un homme d'origine asiatique qui voyait sa fille se noyer, a préféré la voir mourir plutôt que d'être secourue par un homme.

Le père d’une jeune fille de 20 ans l’a laissé mourir noyer plutôt que de voir un étranger la sauver. C’est que relate le journal local Emirates 247. Il préférait que sa fille meurt alors que les nageurs sauveteurs étaient prêts à secourir la jeune fille. Selon eux, le père ne souhaitait pas que sa fille soit toucher par un homme autre qu’une personne de sa famille. Selon le journal, le lieutenant colonel Ahmed Burqibah, chef de la section de recherche et de sauvetage de la police de Dubaï a déclaré que l’incident avait eu lieu sur la plage de la ville. « C’est un incident que personne ne peut oublier », a-t’il déclaré.

un picnic qui tourne à la catastrophe

Choqué, le lieutenant colonel explique que le père de famille avait emmené ses enfants et sa femme faire un picnic jovial sur la plage. Alors que les enfants nageaient, la plus vieille des filles a commencé à se noyer et à appeler à l’aide. C’est alors que deux nageurs sauveteurs auraient couru pour sauver la fille. Mais selon le chef de la police, « il y avait un seul obstacle pour aller la sauver et l’aider. Cet obstacle, c’était l’homme asiatique qui considérait que si sa fille était touchée par un autre homme, ce serait un déshonneur », ajoutant que, « cela a coûté lui a coûté la vie ! ».

Le père a empêcher sa fille de vivre

Mais alors, pourquoi les nageurs sauveteurs ne sont pas allés jusqu’à violenter le père pour sauver la fille? Le Lieutenant Colonel Burqibah explique que « le père était quelqu’un de grand et de fort? Il a commencer à pousser et menacer les nageurs sauveteurs, allant même jusqu’à être violent avec eux. C’est à ce moment là qu’il a annoncé qu’il préférait voir sa fille mourir que d’être touché par un autre homme ». L’homme a été arrêté par la police pour non assistance à personne en danger et avoir empêché les agents de sécurité d’avoir fait leur travail.