Actualités
Partager sur

Djihadisme: deux ans de prison pour avoir consulté des sites de Daech

Djihadisme: deux ans de prison pour avoir consulté des sites de Daech
Partage
Partager sur Facebook

Un jeune homme a été condamné par le tribunal de Marseille à deux ans de prison. Il est accusé d'avoir consulté des sites sur le djihadisme.

Le tribunal correctionnel de Marseille vient de condamner un homme de 28 ans à deux ans de prison. Les faits qui lui sont reprochés étaient d’avoir consulté plusieurs fois des sites connus pour faire la propagande du djihadisme. L’homme, pas forcément très malin, avait fait ses recherches dans une bibliothèque municipale. Il a donc été reconnu coupable d’avoir profité de ses deux cartes d’abonnés de l’établissement pour visiter des sites sur le djihadisme à 143 reprises. Il y aurait lu des textes et regardé des vidéos qui faisait l’apologie du terrorisme. C’est la seconde fois qu’une personne est condamné pour de tels actes. En effet, le 8 août, un homme qui regardait des vidéos de décapitation sur internet a été condamné à la même peine. Celle-ci est d’ailleurs la plus lourde infligée pour ce genre de délit.

Le profil de l’accusé est inquiétant selon le procureur

Le condamné avait un profil inquiétant. Il était notamment passé dans un hôpital psychiatrique en 2012 où il affirme s’être converti à l’Islam. Les services de renseignements avaient par ailleurs été prévenus des intentions du jeune homme par son propre père. Celui-ci projetait de partir en Syrie et il a été surveillé dès 2015. Le 9 août, il est interpellé alors qu’il était interdit de sortir du territoire pour six mois. Le procureur de la République de Marseille a d’ailleurs jugé le profil du jeune homme comme « extrêmement inquiétant ». Il avait alors requis deux ans d’emprisonnement, ce que le tribunal a retenu. Cette peine étant la plus lourde possible pour de tels faits.

Une défense douteuse de la parti de l’accusé

Le condamné s’est pourtant défendu en annonçant vouloir entreprendre une démarche « d’apprenti journaliste ». La loi permettant aux journalistes de pouvoir consulter ces sites dans un but professionnel. Il a d’ailleurs déclaré que son départ en Syrie avait un but humanitaire. Il explique avoir engagé « un processus de déradicalisation ». Alors que la cours lui a demandé pourquoi son téléphone portable contenait plus de 100 vidéos de propagande sur le djihadisme? Il a simplement répondu « ce n’est pas parce que j’ai regardé que j’adhère ».