Actualités
Partager sur

Disputes de famille: elles nous feraient perdre 49 minutes par jour !

Partage
Partager sur Facebook

Selon une étude britannique, les disputes de famille feraient perdre en moyenne 49 minutes par jour, avec en moyenne 6 querelles par jour !

Selon une étude britannique, les disputes de famille feraient perdre en moyenne 49 minutes par jour, avec en moyenne 6 querelles par jour !

On perdraient beaucoup de temps dans des querelles de famille !

Une étude britannique portait sur les conflits familiaux. 2000 parents ayant des enfants âgés de 2 à 12 ans ont été interrogés. Et le constat est surprenant : on passe énormément de temps à se quereller avec nos parents ou nos frères et soeurs !

Les chercheurs britanniques ont constaté qu’une famille perdait presque une heure par jour à s’embrouiller sur des sujets sans grande importance. Selon cette étude, les parents auraient en moyenne 2184 conflits par an avec leurs enfants. Soit 182 par mois, 42 par semaine et donc 6 par jour !

Ainsi, on perdrait 49 minutes par jour à se disputer avec nos frères, soeurs ou parents ! Avec en moyenne huit minutes par dispute. La première cause serait : « tu ne sors pas de table si tu ne termines pas ton plat ! ». Ensuite vient le refus de ranger sa chambre, les bagarres entre frères et soeurs. Du classique donc, que tout le monde connait !

L’enfant le plus jeune de la famille serait celui avec le plus d’humour !

Les chercheurs ont mené une recherche sur 1 700 adultes. Ils les ont interrogé sur la vision qu’ils avaient de même mais aussi de leurs petits frères ou leurs petites sœurs. Et le résultat est sans appel. D’après eux les jeunes auraient plus d’humour que les ainés. Ces derniers ont en revanche une meilleure organisation et seraient plus responsables.

Les scientifiques ont expliqué : « La différence la plus flagrante se fait au niveau du fardeau de la responsabilité. La majorité des aînés (54%) disent qu’ils sont plus responsables que leurs frères et sœurs, contre 31% pour les benjamins. Ces derniers d’un autre côté, sont vus comme des personnes plus drôles (46% contre 38% des aînés), plus simples à vivre et plus détendus. »