fbpx
Actualités
Partager sur

Dieudonné: le polémiste condamné à deux mois de prison en Belgique

Dieudonné: le polémiste condamné à deux mois de prison en Belgique

Le polémiste Dieudonné a été condamné à deux mois de prison en Belgique pour incitation à la haine ou à la violence à l’encontre des personnes handicapées, des homosexuels et de la communauté juive, de diffusion d’idées visant à attiser la haine ou prônant la supériorité raciale et de négationnisme.

Dieudonné n’a pas que des problèmes judiciaires en France. En effet, le polémiste a écopé d’une peine de prison de deux mois par le tribunal correctionnel de Liège pour incitation à la haine ou à la violence à l’encontre des personnes handicapées, des homosexuels et de la communauté juive, de diffusion d’idées visant à attiser la haine ou prônant la supériorité raciale et de négationnisme. La peine est accompagnée d’une amende de 9000 euros. C’est ce que nous apprend le quotidien belge Le Soir. Une autre peine, sans doute plus surprenante, il est aussi condamné à faire « publier à ses frais, dans les journaux Le Soir et La Libre, l’entièreté du jugement qui vient d’être prononcé et qui fait pas moins d’une trentaine de pages », écrit le média.

Dieudonné considère que les handicapés ne méritent pas de vivre

Ce qui a choqué le tribunal, ce sont certains passages du One-Man-Show de Dieudonné qui déclarait à l’encontre des malades atteints de Trisomie 21: « normalement on ne les laisse pas vivre mais lui, il est passé sur le côté » en parlant d’un ami. Allant même jusqu’à dire qu’ils étaient « indignes de vivre ». Un autre passage a retenu l’attention du tribunal, celui-ci concernait les homosexuels qu’il « tend à les présenter comme des personnes lubriques, dégénérées, n’ayant aucune pudeur », explique la cour de justice belge, ajoutant que « les homosexuels étaient envoyés dans camps de concentration par le régime hitlérien ».

Un déferlement d’insultes antisémites lors du One-Man-Show

Mais bien sûr, le centre du jugement était centré sur les Juifs. Ils sont le cheval de bataille de Dieudonné, qui, depuis plusieurs années, s’entête à adapter ses sketchs sur la communauté judaïque. Selon le tribunal, Dieudonné a proféré un appel à la haine en « utilisant un catalogue d’insultes et injures ». Dieudonné avait d’ailleurs fait appel au droit à l’humour pour se défendre mais la cour lui a rappelé que « la justification d’une politique pro-nazie ne peut bénéficier de la protection de l’article 10 de la convention ».