fbpx
Actualités
Partager sur

Daech: trois femmes témoignent de leur passé au sein de la brigade des moeurs de l’Etat Islamique

Daech: trois femmes témoignent de leur passé au sein de la brigade des moeurs de l’Etat Islamique

Elles sont trois et elles ont fui Daech et l'horreur alors qu'elles faisaient parties de la brigade des moeurs de l'Etat Islamique. Aujourd'hui, elles témoignent…

Dua, Asma et Aws (les noms ont été changés par le New York Times) représentaient le bras de la justice féminine de Daech, mais elles ont fui… Trois jeunes femmes, qu’ont réussi a contacté les journalistes du New York Times, racontent leur quotidien et la peur de vivre à Raqqa, le fief de l’Etat Islamique en Syrie. Si ces jeunes femmes représentent la morale de la religion prônée par Daech, elles n’ont cependant pas eu la force de voir toutes ces violences. Dua, une des trois femmes, explique que seulement deux mois après son arrivée dans la milice al-Khansaa, deux femmes jugées coupables de porter des tenues trop moulantes sont condamnées à 20 coups de fouet. Si Dua les connaît, elle tente tout pour leur éviter ce supplice, ce qui est refusé par sa supérieur. Elle assiste impuissante au châtiment. Mais l’horreur ne s’arrête pas là.

Daech 2

Daech est une machine à tuer

Si elles ont intégré la milice de Daech, ces femmes rencontres pour la plupart des profils d’occidentales dans les rangs d’al-Khansaa. « Pour moi, c’était une question de pouvoir et d’argent. Surtout de pouvoir », explique Asma, une des trois autres femmes à avoir fui l’organisation, pour justifier son enrolement. Reconnaissant que Daech est une machine à tuer, impuissante, elle assiste à des exécutions, des lapidations et des décapitations en tout genre. « Nous avons vu beaucoup de tête coupées », déclare Dua. Des propos aussitôt repris par Aws, la troisième femme qui annonce, « je voyais des corps dans la rue pendant toute une semaine ». Les deux jeunes femmes, mariées de force à des combattants de l’Etat Islamique, se rendent compte du drame qu’elles vivent. Après la mort en martyr du premier mari de Dua, les autorités imposent à la jeune femme un remariage dans les 10 jours. C’est à ce moment qu’elle se rend compte n’être qu’un jouet pour les terroristes.

Daech

Une fuite vers la Turquie pour échapper à l’horreur

Dua est la première à partir après la mort de son mari. Aws, la rejoint quatre mois plus tard. Asma, qui est la seule des trois à posséder un ordinateur et d’une connexion internet, lit tous les jours les informations venues de l’occident et se demande comment elle a pu se faire enrôler… Les trois jeunes femmes se sont retrouvées en Turquie où elle regarde ces horreurs avec un oeil observateur. Mais elles ne sont malheureusement pas des exceptions. La vie des femmes sous l’emprise de Daech est terrible. Pour preuve, les déclarations qu’elles ont faites aux journalistes du New York Times sont en tout point identiques aux règles diffusées dans le manifeste de Daech, intitulé Les femmes et l’État Islamique, manifeste et étude de cas qui a été publié par la milice al-Khansaa elle-même.