fbpx
Actualités
Partager sur

Daech perd des centaines de millions de dollars grâce aux frappes de la coalition

Daech perd des centaines de millions de dollars grâce aux frappes de la coalition

Le groupe terroriste Daech subit de très lourdes pertes financières suite aux frappes de la coalition. Selon un militaire américain, cela se chiffrerait à des centaines de millions de dollars.

Si les frappes de la coalition contre l’Etat Islamique sont moins présentes dans l’actualité, elles ne sont pourtant pas moins efficaces. En effet, Daech a perdu des centaines de millions de dollars depuis le début des bombardements des armées de la coalition internationale. Les cibles privilégiant avant tout les réserves d’argents liquides stockées en Irak en Syrie. Cette information provient d’un porte-parole de l’armée américaine qui chapote les opérations aériennes depuis le début des bombardements. Au total, dix bâtiments de réserves d’argent ont été frappés par les bombes le week-end dernier, selon le colonel Steven Warren, qui déclare que « nous n’avons pas de chiffres précis, mais nous pensons que ça se compte en centaines de millions de dollars »

Daech a pris un sacré coup au portefeuille

Les réserves d’argent de Daech sont la priorité des frappes de la coalition internationale. L’objectif étant de mettre un frein à l’avancée militaire de Daech en coupant les vivres du groupe terroriste du Moyen-Orient. Leur transaction étant illégal, ils sont donc obligés de transporter leurs réserves financières en liquide, ce qui permet de les neutraliser d’une manière plus efficace. « Clairement c’est impossible de brûler chaque billet, ils ont peut-être pu en récupérer un peu. Mais nous estimons que cette série de frappes significatives leur a porté un sérieux coup au portefeuille », a expliqué le Colonel lors d’un point presse à Bagdad.

Des efforts qui portent leurs fruits

Mais afin de porter un coup encore plus important à Daech, la coalition a décidé toucher aussi les installations pétrolières, une des principales mannes financière de l’Etat Islamique qui contrôle une bonne partie des champs pétrolifères d’Irak et de Syrie. Le colonel a d’ailleurs indiqué que les efforts commençaient à payer ce qui avait contraint Daech a réduire le salaire de ses combattants. « Pour nous c’est un très bon indicateur du fait que ces frappes contre leurs capacités à générer des revenus commencent un peu à peser sur eux », a conclu le militaire.