fbpx
Actualités
Partager sur

Daech: comment fonctionne le réseau terroriste de l’Etat Islamique en Europe

Daech: comment fonctionne le réseau terroriste de l’Etat Islamique en Europe

Si les attentats de Paris ont choqué la France et le monde entier, Daech n'est pourtant pas une organisation très minutieuse dans la planification de ses attentats. Interviewé par Libération, le spécialiste Gilles Kepel explique comment le réseau terroriste fonctionne.

Daech, l’acronyme de l’Etat Islamique est une menace différente de l’ancien groupe terroriste islamique, Al-Qaeda. Si ce dernier était extrêmement effrayant, c’était pour son pouvoir d’action. En effet, si les attentats phare de ce groupe était ceux du 11 septembre 2001, on note que le groupe se penchait plus sur une forme de djihadisme proche des réseaux secrets et avait des planifications soigneusement préparées (formation de pilote d’avion, infiltrations…). Pour le spécialiste Gilles Kepel, Politologue et spécialiste de l’islam comme du monde arabe contemporain, interviewé par Libération, « Daech est le produit d’un jihadisme de troisième génération, de type réticulaire et non vertical. Il laisse une grande part à l’improvisation », en total opposition avec le mode de procédure d’Al-Qaeda.

Les terroristes de Daech lâchés dans la nature

Pour le spécialiste, les terroristes affiliés à l’Etat Islamique sont « plus ou moins bien formés, et motivés, avant d’être lâchés dans la nature pour qu’ils fassent ce qu’on veut qu’ils fassent ». L’exemple que prend le spécialiste est flagrant. Seul deux attentats en 2015 sont considérés comme des victoires pour Daech, le 7 janvier contre Charlie Hebdo et ceux du vendredi 13 novembre. « Sid Ahmed Ghlam est suspecté d’avoir voulu attaquer une église à Villejuif, mais il s’est tiré une balle dans le pied. Ayoub el-Khazzani n’a pas réussi à armer sa kalachnikov dans le Thalys. Ils ne sont donc pas tous aussi bons les uns que les autres. Ils dépendent aussi des opportunités », détaille le spécialiste, qui ajoute que même les attentats de Paris n’ont pas fonctionné à la perfection: « les trois terroristes du Stade de France n’ont pas été capables de déclencher leurs vestes explosives dans la foule ».

Les services de renseignements français n’ont pas compris le fonctionnement de Daech

Peut-on malgré tout considérer une faille dans les services de renseignements français? Pour le spécialiste, cela ne fait aucun doute: « ils n’ont pas compris la logique réticulaire prônée par Al-Souri, le passage par les groupes de pairs et les réseaux sociaux. Ils ont continué à parier sur les interceptions traditionnelles ou à aller dans les mosquées alors que les jihadistes n’y vont plus. Ils avaient bien compris le modèle d’Al-Qaeda ». Mais Daech ne fonctionne pas comme ce dernier, si Gilles Kepel félicite les forces de l’ordre pour le travail après les attentats, il explique qu’ « on observe une vraie efficacité après les attaques, (…) mais la capacité à prévenir ceci est toujours défaillante, parce que le logiciel de ce jihadisme de troisième génération n’a pas été compris et traduit en mesures de réorganisation ».