Actualités
Partager sur

Chatbot: participez au grand débat avec Facebook Messenger !

Grand débat: une nouvelle application pour participer sur Messenger
Partager
Partager sur Facebook

Trois ingénieurs ont inventé une nouvelle application. Cette dernière va permettre aux utilisateurs de Messenger de participer au grand débat national.

Alexis Watine, Jeremy Lefebvre et Florent Sciberras sont les trois ingénieurs qui ont eu l’idée de créer cette application. Elle va permettre aux utilisateurs de Messenger de participer au grand débat national, lancé par Emmanuel Macron en janvier.

Une nouvelle application pour le grand débat national

Les trois ingénieurs ont eu la bonne idée de crée « Entendre la France ». Avec cette application les utilisateurs de Facebook peuvent participer de manière ultra simplifier au grand débat. Pour l’utiliser rien de plus simple. Il suffit d’ouvrir Messenger et de faire la même manipulation que pour parler avec un ami. A la place il faut donc juste taper « Entendre la France ». Ensuite, il faut renseigner son code postal, son sexe et choisir le sujet que l’on souhaite. Une fois cela fait vous pourrez répondre sous forme de QCM.

Florent Sciberras a expliqué à Europe 1 : « Si on veut que le plus grand nombre possible de personnes participe, il faut que ce soit très simple. On ne se positionne pas comme quelque chose qui remplace les cahiers de doléance ou le site du grand débat. Mais, comme quelque chose en plus qui va permettre de toucher une population différente, notamment les jeunes connectés ».

Déjà un grand succès

L’utilisateur n’a donc pas besoin de se créer de compte, il utilise son compte Facebook. Il n’a pas non plus besoin de communiquer des informations spécifiques. De fait il va gagner du temps. Depuis le lancement de l’application, il y a trois jours, l’application a donc déjà eu un fort succès. « Entendre la France » a déjà collecté plus de 40 000 réponses auprès de 5000 personnes. Pour faire le tri, ce sont des algorithmes qui vont s’en charger. Ils garderont les sujets les plus importants et les plus récurrents.

« Nous ferons une synthèse au niveau national en analysant les données pour en ressortir les tendances majeures. Sur les questions à choix multiples, ce sera assez rapide. Sur des questions libres, nous passerons par des datas scientists qui nous aideront à détecter les points clés » explique l’ingénieur. Florent Sciberras conclut enfin: « Nous mettrons en ligne notre analyse sur le site du grand débat, mais si quelqu’un veut en faire une autre, il pourra totalement ».