Actualités
Partager sur

Cannes: une nonagénaire violée à deux reprises par un de ses proches

Cannes: une nonagénaire violée à deux reprises par un de ses proches
Partager
Partager sur Facebook

A Cannes, une nonagénaire a été violée à deux reprises dans la nuit du 17 au 18 septembre. L'identité de son agresseur l'a fait frémir...

Une nonagénaire a vécu un véritable cauchemar dans la nuit du vendredi 17 au samedi 18 septembre. Les faits se déroulent à Cannes, dans un pavillon. Aux alentours de trois heures du matin, cette femme âgée de 96 ans est réveillée par du bruit provenant de son domicile. Elle décide de se lever pour allez voir ce qu’il se passe et tombe nez à nez avec son agresseur. Ce qu’il se passe après est infâme.

La nonagénaire a été violée à deux reprises

La nonagénaire habite au rez-de-chaussée d’une maison cannoise. A 96 ans, elle vit seule et a vécu un enfer. Les faits se déroulent dans la nuit du vendredi 17 au samedi 18 septembre. Juste avant l’agression, elle se trouve naturellement dans son lit. C’est alors qu’elle entend du bruit qui provient de chez elle. Intriguée, elle se lève pour connaître l’origine de l’étrange bruit. La vieille femme se retrouve alors nez à nez avec un homme qui n’a aucun mal à l’immobiliser car la femme n’a pas une corpologie imposante, elle est au contraire décrite comme « frêle ». L’homme commence à la violer une fois, puis deux, avant de prendre la fuite, en pleine nuit.

Le violeur était un proche de la victime

Le lendemain matin, la nonagénaire est abasourdie par ce qu’il s’est passé dans la nuit. Elle appelle sa famille à l’aide, et lui explique la situation. Finalement, la victime a découvert l’identité de sa victime. Il s’agit, selon le site de Nice Matin, d’un proche de la famille. Et celui-ci habite à quelques centaines de mètres du domicile de la dame ! Jeudi soir, le suspect a été interpellé par la police chez lui. Le parquet de Grasse a indiqué qu’il avait été mis en examen pour« viol sur personne vulnérable ».

Ce n’est qu’après l’arrestation de son agresseur que la victime a pris connaissance de son identité. Ne portant pas ses lunettes de vue la nuit du drame, elle n’avait pas reconnu le violeur qu’elle connaissait pourtant bien. Les motivations de l’homme ne sont pas encore connues.