Actualités
Partager sur

Canada: Les policiers pourront fumer du cannabis avant leur service !

Partager
Partager sur Facebook

Le cannabis récréatif deviendra prochainement légal au Canada. Les policiers de Vancouver seront autorisés à fumer avant de leur service !

Il ne s’agit pas d’un canular. Le 17 Octobre prochain, la loi entrera donc en vigueur. La consommation de cannabis récréatif sera légalisée. À Vancouver, la police autorise à ses agents à fumer de l’herbe avant de se présenter à leur poste.

Le Canada : Deuxième pays à légaliser le cannabis

Ça pourrait paraitre incroyable voire impossible, et pourtant c’est bien réel. Le Canada devient le premier pays du G7 à autoriser l’usage du cannabis à des fins récréatives. Et le second pays du monde, après l’Uruguay. La loi entrera en vigueur dès le 17 Octobre prochain. Chaque ménage pourra faire pousser jusqu’à quatre plants chez lui. Et une personne pourra détenir jusqu’à 30 grammes de cannabis en public. Une nouvelle qui risque de déranger un bon nombre de canadiens. Mais aussi d’enchanter les consommateurs…

La ministre de la santé, Ginette Petitpas Taylor, se réjouissait déjà de cette nouvelle en Juin dernier : «Je suis heureuse que la loi sur le cannabis ait été adoptée par le Parlement, ce projet de loi met fin à la prohibition (en vigueur depuis 1923, Ndlr) et fait place à une politique responsable et équitable», écrivait-elle sur Twitter.

Derrière cette décision se cache néanmoins quelques conditions. Notamment en fonction du métier pratiqué.

À Vancouver : La police pourra consommer du cannabis

L’annonce de cette nouvelle a engendré des réactions inattendues. En effet, à Vancouver, le département de police autorisera ses agents à fumer du cannabis. Ils pourront donc en consommer avant leur service. Il n’y aura pas de limites imposées. La seule condition sera que les policiers soient à l’heure à leur poste. Une règle très souple qui choque, et risque de faire parler.

À l’inverse, pour les militaires, les mesures seront plus strictes. Ils n’auront en aucun cas le droit de toucher à cette drogue huit heures avant leur service. Et vingt quatre heures dans le cas où ils devraient faire usage d’une arme à feu. Ces mesures paraissent évidentes pour ces hommes, qui risquent leur vie tous les jours. Leur lucidité est essentielle…

M. Ordioni