fbpx
Actualités
Partager sur

Calais: l’homme qui a sorti son fusil a menti et risque gros

Calais: l'homme qui a sorti son fusil a menti et risque gros

La vidéo avait fait sensation. Une famille agressée lors d'une manifestation pro-migrants à Calais avait vu un de ses membres sortir un fusil factice. Mais l'auteur de cet acte a menti et la justice se repose des questions.

De nombreux soutiens avait demandé la relaxe judiciaire de l’homme qui avait sorti son fusil lors de la manifestation pro-migrants à Calais. Les images de la vidéo de la scène montre l’homme agressé à son domicile par plusieurs manifestants, celui-ci se précipite chez lui pour sortir un fusil. Cette vidéo publiée sur YouTube avait fait polémique et la justice, basée sur les déclarations de l’homme, avait décidé de ne pas retenir de charges contre sa personne, celui-ci présentant l’arme comme une copie destinée à l’airsoft. Mais cette famille de Calais n’est pas sortie d’affaire. Car en effet, si la justice avait décidé de ne pas poursuivre cet homme, plusieurs médias ont cependant mis en avant le profil de cette famille de Calais et l’homme en particulier est inquiétant, proche des mouvances d’extrême-droite.

Savoir ce qui s’est passé à la manifestation de Calais

Le procureur de Boulogne-sur-Mer a demandé une observation des procès verbaux et une enquête approfondie sur les faits. Et cette enquête a révélé que contrairement aux déclarations faites par le principal concerné, l’arme n’est pas un fusil de airsoft, mais un véritable fusil de chasse. Ce qui permet de dire que l’homme a menti, a indiqué Jean-Pierre Valensi, le procureur en charge du dossier de l’affaire de Calais. Joint par Metronews, il a tout de suite annoncé que « si l’arme était vraie, elle n’était a priori pas chargée. Aucune munition n’a été retrouvée au domicile. Pour autant, il n’avait pas de permis et n’avait donc pas le droit de posséder cette arme. Arme qui, bien sûr, a été confisquée depuis ». Afin de déterminer les faits qui se sont produits à Calais, il a ensuite demandé de « savoir qui a provoqué qui. Les poursuites qui pourraient être engagées sont fonction de la manière dont les faits se sont déroulés. Il faut que l’on réfléchisse à la question dans la mesure où l’on voit sur les images que la famille R* a été provoquée », a ajouté le procureur.

Violence avec arme ou réponse à une agression ?

S’il a été révélé que la victime au fusil est proche des mouvances d’extrême droite, plusieurs questions ont été soulevées. Notamment pourquoi eux ? Alors que la manifestation se déroulait dans le centre-ville de Calais, pourquoi les heurts se sont cantonnés sur cette famille ? Pour cela, le procureur cherche des réponses. Pour ce qui est du port d’arme illégal, le procureur explique à Metronews que la justice peut le condamner: « cela peut être des violences avec arme. Nous n’en sommes pas là. Pour l’instant, il faut que nous nous fassions communiquer la procédure pour voir et examiner exactement, l’agression dont a fait l’objet la famille R*, agression qui est indiscutable, et la manière dont ils ont répondu. Y a-t-il eu ou non proportionnalité. Nous ne pourrons le voir qu’à partir des procès-verbaux et les images vidéos ». Si la proportionnalité de son acte est établie en fonction de l’agression, les poursuites pourraient être abandonnées.