fbpx
Actualités
Partager sur

Béziers: Robert Ménard obtient le fichage ADN des chiens

Béziers: Robert Ménard obtient le fichage ADN des chiens
Partager
Partager sur Facebook

C’est une victoire que vient de remporter Robert Ménard dans sa commune de Béziers (Hérault). L’ADN des chiens de sa ville va être fiché.

C’est sans doute une grande victoire pour Robert Ménard. Le maire proche du Front national de Béziers (Hérault), a désormais le droit de ficher l’ADN des chiens de sa commune.

Contre les déjections canines, le fichage ADN

Robert Ménard avait voulu ficher l’ADN des quelques 9 000 chiens recensés dans sa commune. Le but ? Lutter contre les déjections canines qui pullulent dans les rues de Béziers, où il est maire.

L’arrêté municipal a été pris lors d’un conseil en juin 2016. Mais le tribunal administratif de Montpellier l’avait invalidé une première fois. En décembre dernier, c’est la cour d’appel de Marseille qui l’a invalidé. Déterminé à mettre un terme aux déjections canines dans sa commune, Robert Ménard tient on.

A l’époque, il était reproché à son arrêté d’être disproportionné par rapport au problème évoqué. Le maire de Béziers souhaite ficher l’ADN des chiens de sa commune pour pouvoir sanctionner leurs maîtres. Outre le problème des déjections, il avait aussi invoqué une mesure de sécurité.

Un arrêté repenser pour être appliqué

Le but du fichage permettait alors de retrouver les propriétaires de chiens violents qui auraient attaqué des personnes. Finalement, le maire de Béziers a retravaillé son texte.

1 500 chiens seulement seront fichés. Sur les 9 000 qui habiteraient la commune de 75 000 habitants. Ce n’est pas la mairie qui sera en charge du fichier mais le ministère de l’Agriculture. Ainsi, la police municipale pourra constater l’infraction, mais c’est la préfecture qui dressera la contravention.

Suite à cette refonte du projet de Robert Ménard, le tribunal administratif de Montpellier a validé l’arrêté. Il soutient « qu’aucun des arguments soulevés n’était propre à créer un doute sérieux sur la légalité du nouveau projet ».