Actualités
Partager sur

Belfort: il voulait recruter un tueur pour abattre Manuel Valls

Belfort: il voulait recruter un tueur pour abattre Manuel Valls
Partager
Partager sur Facebook

Un habitant de Belfort âgé de 18 ans a postée une annonce sur Facebook afin de recruter un tueur à gage pour abattre Manuel Valls.

C’est une information totalement saugrenue qu’a dévoilé Europe 1. Un habitant de la commune de Belfort a voulu recruter un tueur à gage. Pourquoi? Pour « éliminer » Manuel Valls, l’ancien Premier ministre aujourd’hui candidat à la Primaire socialiste. L’homme a pu être identifié grâce à son annonce. En effet, il avait posté la demande sur sa propre page Facebook.

Une annonce postée sur son profil Facebook privé

L’annonce n’est pas passée inaperçue auprès des autorités. En effet, le 4 décembre dernier, un internaute de la ville de Belfort a posté sa requête sur son profil Facebook. Le message, sous forme de petite annonce type Le Bon Coin, demandait un tueur à gage pour tuer Manuel Valls. Il souhaitait alors recruter un assassin « expert ou non » pour « éliminer cette ordure de Valls », était-il écrit selon les informations recueillies sur Europe 1.

Dans son annonce, le commanditaire promettait une récompense aux internautes qui le guiderait vers la rencontre avec l’assassin. Bien évidement, cette menace à l’encontre de Manuel Valls a inquiété les autorités qui ont tout de suite mené l’enquête. Rapidement l’auteur du message a été localisé dans la commune de Belfort, dans l’est de la France. L’homme a été interpellé par les policiers de la sûreté urbaine de la ville selon Europe 1. Cette arrestation s’est déroulée mardi après-midi, au domicile de l’individu. Le lieu même où il avait posté cette annonce contre Manuel Valls.

L’homme placé en garde à vue pour des menaces de mort sur Manuel Valls

Toujours suspect, il a été placé en garde à vue par les forces de l’ordre. L’homme est âgé de 18 ans. Ce n’est d’ailleurs pas n’importe qui. Il est en effet déjà connu des services de police pour des affaires de violence. Au terme de sa garde à vue, il pourrait passer devant la justice pour menace de mort à l’encontre d’une personne.

Selon l’article 222-17 du Code pénal, « la menace de commettre un crime ou un délit contre les personnes dont la tentative est punissable est punie de six mois d’emprisonnement et de 7 500 euros d’amende lorsqu’elle est, soit réitérée, soit matérialisée par un écrit, une image ou tout autre objet ».

Il pourrait risquer une peine d’emprisonnement de trois ans, assortie d’une amende de 45 000 euros.