Actualités
Partager sur

Barcelone : la mort d’un cheval qui tractait des touristes crée l’émoi

Barcelone : la mort d’un cheval qui tractait des touristes crée l’émoi
Partager
Partager sur Facebook

Jeudi soir à Barcelone, un cheval est mort épuisement sur la voie publique après avoir agonisé pendant deux heures sans que ses propriétaires ne contactent un vétérinaire. Sa mort survient après que l'animal ait tracté des touristes sur une calèche sous un soleil de plomb. Une association demande l'interdiction de cette activité jugée archaïque.

La mort d’un cheval sur la voie publique dans le quartier de Sants-Montjuïc, à Barcelone, a crée l’émoi et l’indignation. L’équidé est tombé d’épuisement après avoir tracté une calèche de touristes sous un soleil assommant, rapporte le site lindependant.fr.

Les propriétaires l’ont laissés agoniser pendant deux heures

L’émotion et l’indignation se sont emparées des riverains de la capitale catalane à la suite de cet événement. En effet, tandis que le cheval venait de s’effondrer en pleine rue après avoir travaillé toute la journée par une importante chaleur, les propriétaires ont bronché pour appeler un vétérinaire. Afin de ne pas payer des frais dans des soins, ils ont tenter de le relever par la force pendant deux longues heures tandis que celui-ci agonisait lentement. Effarés par ce comportement, les passants ont fait pression sur les propriétaires pour dépêcher un vétérinaire le plus rapidement possible. Malheureusement, à l’arrivée du docteur, il était trop tard pour sauver le cheval. Il a été euthanasié sur place afin d’abréger ses souffrances.

L'équidé agonisant sur la voie publique.

L’équidé agonisant sur la voie publique.

Une association demande l’interdiction de cette activité « archaïque »

Sur son compte Facebook, Faada, une association de défense des animaux, s’est émue du destin réservé à l’animal et a exprimé sa colère face à l’inaction des propriétaires : « C’est inadmissible que dans une ville comme Barcelone, considérée comme « l’amie des animaux » des faits pareils se produisent de nos jours, et que des activités archaïques comme les calèches puissent encore exister. »  L’association réclame sans attendre l’interdiction de cette activité de la vie barcelonaise et a d’ores et déjà lancé une pétition en ligne.

Mais dans un communiqué de la ville publié ce dimanche, aucune mention sur l’arrêt des calèches touristiques n’a été évoquée. La Mairie annonce qu’elle va se pencher très attentivement sur les circonstances du drame : « Le rôle du conseil municipal de Barcelone est de défendre les droits des animaux et la loi, et d’être attentif au bien-être animal »  a expliqué Janet Sanz, le adjoint au maire à l’écologie. Des mesures seront étudiées pour que cela ne se reproduise pas. La Mairie précise aussi que le département de Protection animale a également ouvert une procédure qui pourrait amener à d’éventuelles sanctions administratives.