Actualités
Partager sur

Baignade: un héros sauve trois adolescents de la noyade d’un seul coup

Baignade: un héros sauve trois adolescents de la noyade d’un seul coup
Partager
Partager sur Facebook

Alors qu'il se baignait un groupe d'adolescents a été emporté par les courants en Bretagne. Il a fallu le courage d'un homme pour les sauver.

Parfois, un homme tout à fait normal peut devenir un grand héros. C’est en Bretagne qu’un simple touriste alsacien, venu chercher le soleil, a sauvé trois adolescents imprudents de la noyade, mardi 4 août 2015. L’événement se serait produit en début d’après-midi, vers 14h, dans une station balnéaire de la région. Alors que plusieurs jeunes gens entre 17 et 19 ans profitaient de la plage de Saint-Pabu à Erguy, près de Saint-Brieuc dans les Côtes d’Armor, plusieurs d’entre eux se sont éloignés jusqu’à un endroit où ils n’avaient plus pied. Mais les forts courants qui baignent le sud de la Manche ont emporté les victimes au large, n’arrivant plus à rejoindre la côte, ils étaient destinés à la noyade.

Un héros qui passait par là

Gardant assez de force pour appeler à l’aide, les victimes ont été entendues par un baigneur qui nageait à proximité de la zone. L’homme est un médecin strasbourgeois en vacances. Il s’est précipité vers les adolescents. Sur les sept personnes emportées par le courant, l’homme a réussi, par miracle, à ramener trois d’entre eux sur le bord. Les quatre autres ont eux réussi à revenir par leur propre moyen jusqu’à la rive.

Une grosse frayeur et un grand merci

Le héros confesse au micro de France Bleu Bretagne : « j’avais juste peur qu’un d’entre eux coule avant que je n’arrive ». Tous indemnes et hors de danger, les victimes peuvent remercier le nageur strasbourgeois, sans qui la simple baignade aurait pu finir en catastrophe. Un des secourus répond d’ailleurs sur l’antenne régional : « J’étais perdu, je pensais que j’allais mourir, j’ai avalé de l’eau. J’en ai vomi plein. Je ne sais pas combien de temps je suis resté dans l’eau. On m’a dit, à peu près une demi-heure. C’est la panique, ça fait bizarre d’être loin comme ça, de savoir qu’on est tout seul dans l’eau. Je sais nager correctement. Mais j’essayais d’avancer, mais je reculais toujours. »