fbpx
Actualités
Partager sur

Aulnay-sous-Bois: la police des polices rejette les accusations de viol

Aulnay-sous-Bois: la police des polices rejette les accusations de viol

Un rapport de la police des polices réfute les accusations de viol volontaire dans l’affaire des violences commises sur Théo la semaine dernière.

Ce rapport pourrait bien empirer la situation dans les quartiers d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). La police des polices vient de rendre un rapport d’enquête sur les violences dont a été victime Théo jeudi dernier.

Un rapport qui pourrait faire trembler la rue

L’Inspection Générale de la Police Nationale (IGPN) a rendu un rapport d’enquête sur ce qui s’est passé à Aulnay-sous-Bois jeudi dernier.

Théo, 22 ans, a été violemment pris à parti par quatre policiers. Tabassé, il a reçu un coup de matraque dans les fesses, ce qui lui a causé une déchirure anale de 10 cm. Depuis, la polémique enfle autour des violences policières et de leur impunité.

Nouveau volet dans cette affaire donc ce rapport rendu à la juge d’instruction par l’IGPN. La police des polices a décidé d’écarter la piste d’un viol délibéré. Après visionnage des vidéos de surveillance, les enquêteurs concluent que le pantalon de Théo est tombé tout seul. Mais surtout que la pénétration dont il a été victime n’était pas intentionnelle.

Selon le rapport, il n’y avait donc pas intention de viol. Ce qui vient corroborer la version des faits des quatre policiers impliqués. Selon eux, le pantalon de Théo est tombé seul et la matraque s’est enfoncée dans ses fesses alors que le policier le frappait avec.

La colère d’Aulnay se transmet

Ce rapport pourrait bien réanimer le sentiment de colère qui gronde à Aulnay-sous-Bois. Depuis jeudi soir, les habitants du quartier où habite Théo manifestent contre les violences policières. Mais également contre cette justice à sens unique qui protègent les forces de l’ordre.

Par ailleurs, des manifestations de soutien à Théo ont également eu lieu à Nantes et à Rennes. A Paris, six personnes ont été condamnées à de la prison après les émeutes qui ont éclaté à Aulnay-sous-Bois dans la nuit de lundi à mardi.

En effet, le rapport de l’IGPN concède une interpellation musclée. Mais c’est la qualification de viol qui est importante pour la reconnaissance des violences faites contre Théo.

Cette opinion est partagée par le parquet de Bobigny qui a décidé de qualifier les violences en violences volontaires. Tandis que la juge d’instruction refuse cette situation. Elle a en effet requis une qualification de viol pour le policier responsable de la déchirure anale de Théo.

Pour l’avocat de Théo, cette qualification semble naturelle. En effet, dans une interview pour L’Express, il explique : « Le code pénal précise qu’est qualifié de viol tout acte de pénétration sexuelle, commis sur la personne d’autrui par violence, contrainte, menace ou surprise. »

Et de préciser également qu’il ne suffit pas de dire que le contexte n’était pas sexuel pour rejeter les accusations de viol.