Actualités
Partager sur

Auchan met en vente des sacoches avec un symbole Nazi !

Auchan met en vente des sacoches avec un symbole Nazi !
Partage
Partager sur Facebook

La polémique grandit, alors qu’Auchan reconnait à l'AFP avoir mis en vente des sacoches avec un symbole Nazi !

Alors qu’il y a deux ans, Auchan faisait la une des journaux avec des sacs de courses jugés sexistes. Le grand magasin est à nouveau au milieu d’une tempête médiatique. Mais cette fois ci pas en France. Mais en Pologne. L’AFP annonce ce mardi 2 avril que l’enseigne de grande distribution avait confirmé la vente de sacoches de style militaire. Avec une svastika nazie comme effigie.

La svastika se nomme aussi croix gammée plus simplement. Le symbole ultime du régime Nazi d’Adolf Hitler. Le groupe Auchan confirme « Nous avons en effet compté en 2018 dans notre offre de produits ces sacoches provenant d’un fabricant polonais. Mais notre chaine n’en avait pas conscience. Il s’agit d’une omission de notre part. Une situation que nous déplorons. »

Auchan sous le microscope

Dorota Patejko, la porte-parole de la chaine de magasin français réagit à cette annonce. Elle affirme que la société vérifie tous ces stocks pour identifier si oui ou non il reste des produits avec cette croix gammée. Le personnel vérifie chaque rayon, de chaque magasin dans le pays. Et pour l’instant une seule sacoche se trouve hors des rayons. Ce qui veut dire que toutes les autres sacoches précédement en rayon n’y sont plus.

Elle déclare aussi « Ce n’est qu’un certain temps après avoir acheté la sacoche que j’ai découvert sur son dos un aigle de l’armée Allemande. Un aigle de la Wehrmacht. Et une croix gammée nazi. Le choc ! pendant quelques semaines j’ai porté la sacoche avec un symbole nazi sans le savoir ! C’est inimaginable qu’une grande surface ait pu mettre ça en vente en Pologne. »

La loi en Pologne indique que toute reproduction de ce signe nazi est formellement interdite. Les créateurs peuvent alors aussi être mis en examen et même passer par la case prison avec de lourdes amendes. C’est une journaliste d’un média régional qui a signalé le produit. Alors qu’elle aussi l’avait acheté.