fbpx
Actualités
Partager sur

Armurerie: de plus en plus de gens dans les magasins suite à la crainte

Armurerie: de plus en plus de gens dans les magasins suite à la crainte

Les armureries françaises sont les premiers témoins de la crainte qui s'est installée chez les Parisiens qui cherchent à se rassurer comme ils peuvent.

Si l’attaque de Charlie Hebdo et de l’Hypercasher avait porté un vent de tolérance et de gentillesse chez les français, il semblerait que les attaques du vendredi 13 novembre aient surtout apporté de la méfiance et de la crainte. C’est en tout cas ce que révèle les informations recueillies par le journal 20 Minutes. En effet, depuis quelques temps, les Parisiens ont peur de prendre le métro et sortir dans la rue. C’est pour cela que le journal explique qu’un armurier de la place de la Bourse a rencontré des profils complètement différents de ses habitudes « ce ne sont pas nos clients, mais des gens qui ont peur et veulent s’acheter une arme pour se défendre », déclare le commerçant. Psychose ? La peur des parisiens est pourtant grande : « d’habitude, on n’a que des chasseurs. Là, c’est Monsieur Tout-le-monde, des gens comme vous et moi qui ont vu les images des attentats de vendredi et veulent savoir comment s’acheter une arme de poing », explique une autre commerçante.

Les armuriers ne veulent pas profiter de cette crainte

Mais les commerçants essaient de dissuader les gens de cette crainte et d’acheter des armes, pour de telles raisons. En effet, l’armurière a confié à 20 Minutes qu’ « on explique cela et les gens comprennent que posséder une arme n’est pas la réponse à une menace terroriste ». Est-on en train de se tourner vers un système de port d’armes similaire aux Etats-Unis ? Nous n’en sommes pas encore là, mais ces attaques ont réveillé une forme de crainte au sein de la société française. Et d’ailleurs les armuriers se disent avant tout citoyen, et ne souhaitent pas profiter de cet « avantage » et de ce contexte pervers pour booster leurs chiffres d’affaire. Leur conseil est donc de ne pas céder à la crainte.

Un vent de peur et de crainte sur la capitale

Mais à quoi est lié cette crainte ? En effet, l’ambiance de la capitale a radicalement changé depuis les attentats. Si après ceux de Charlie Hebdo, de nombreux courants de sympathie et de solidarité se sont réveillés. Là, même si la solidarité et forte, l’inquiétude à pris le pas. La raison est simple. En Janvier, les attaques étaient ciblées contre des journalistes et la communauté juive. Une forme de barrière se monte alors, ce ne sont pas les Français la cible, mais des éléments bien précis. Cette fois-ci, ce sont des terrasses de café et de restaurants, un stade de football, une salle de concert… La vie des Français en général. Et cette attaque a probablement donné un sentiment que tout le monde pouvait se trouver là au moment des faits et que personne n’était réellement à l’abris d’une attaque djihadiste.