Actualités
Partager sur

Alexandra Rosenfeld poste une photo d’Hugo Clément défiguré !

Alexandra Rosenfeld poste une photo d'Hugo Clément défiguré !
Partage
Partager sur Facebook

Le journaliste de Konbini, Hugo Clément a eu le visage salement amoché après s'être rendu sur les Champs-Elysées lors des manifestations de "gilets jaunes".

Les manifestations des « gilets jaunes » à Paris ont fait beaucoup de dégâts. Matériel mais aussi physique puisque Hugo Clément, journaliste reporter chez Konbini a été blessé alors qu’il passait sur les Champs Elysées. Sa compagne, Alexandra Rosenfeld a posté plusieurs photos de lui salement amoché au visage. MCE vous en dit plus.

Hugo Clément blessé au visage !

En effet le journaliste de Konbini avait juste sorti son téléphone pour filmer les scènes de violence survenues avec les manifestations des « gilets jaunes« . Sur les Champs-Elysées, samedi 1er décembre, le journaliste a été pris en étau entre les manifestants et les forces de l’ordre. Il souhaitait juste filmer la scène en tant que journaliste. Mais un projectile l’a atteint juste au dessus de l’oeil, lui ouvrant l’audace sur plusieurs centimètres. Alexandra Rosenfeld, as compagne, a alors averti se sans via son compte Instagram et a posté une photo de la blessure d’Hugo Clément.

De plus vers 20 heures, sa compagne, l’ancienne Miss France a donc partagé quelque peu affolé une photo du journaliste de 29 ans, le visage très amoché par un projectile. Il avait une importante entaille ensanglantée. « Hugo s’est pris un flashball en pleine tête, alors qu’on passait à côté d’une barricade à Paris. Téléphone volé. On va aux urgences », écrivait-elle en légende.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Alexandra Rosenfeld (@alexandrarosenfeld) le

Enfin après avoir quitté l’hôpital où il a du avoir plusieurs points, Hugo Clément a donc posté une autre photo via le compté Instagram d’Alexandra Rosenfeld. Il n’avait plus de téléphone donc plus accès ses réseaux sociaux. Vers 1 heure du matin donc dans la nuit de samedi à dimanche, le jeune homme fait sur trois slides le récit des événements qui ont lieu. Et il paraissait très énervé ce qui semble compréhensible. Sans le dire clairement, le journaliste accuse donc la police mais également les individus dits « casseurs » qui n’étaient là que pour dégrader.

Hugo Clément explique sa blessure !

« Samedi à 18h15, boulevard Malesherbes, je circulais en scooter avec ma compagne Alexandra. Nous allions boire un verre. Sur notre route, j’ai aperçu des manifestants en train de monter une barricade. J’ai décidé de m’arrêter pour faire quelques images avec mon téléphone. On a garé le scooter et commencé à filmer, en conservant mon casque de moto sur la tête. J’étais vêtu d’une parka bleu nuit, et je n’étais pas identifié comme journaliste. Au bout de quelques secondes, alors que j’étais tourné vers le cordon de policiers progressant vers la barricade, les manifestants étant dans mon dos, j’ai été percuté par un projectile en plein visage. La visière du casque a explosé et je suis tombé.


Alors que j’étais au sol, une personne m’a arraché le téléphone des mains et s’est enfuie. Des manifestants m’ont tiré par le manteau pour me mettre en lieu sûr et m’ont prodigué les premiers soins. J’ai ensuite retrouvé ma compagne et nous sommes partis en taxi à l’hôpital Bichat, où j’ai été pris en charge et recousu (7 points de suture à l’arcade). Heureusement, j’avais mon casque. Il a amorti l’impact et m’a probablement évité une blessure beaucoup plus grave. Je suis formel sur un point : le projectile provenait du cordon des forces de l’ordre. Les manifestants étaient dans mon dos, et les policiers ont chargé juste après »
, écrit-il.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Message de @hugoclementk 😘

Une publication partagée par Alexandra Rosenfeld (@alexandrarosenfeld) le

Hugo Clément remercie certains « gilets jaunes »

« S’agissait-il d’une balle de flashball ou d’une grenade lacrymogène ? Je ne peux pas le savoir. Une chose reste sûre : ce projectile était tiré à hauteur de tête, puisque je l’ai reçu en plein visage. Je ne pointe pas du doigt l’ensemble des policiers, qui ont dû travailler dans des conditions très difficiles et stressantes. Je regrette simplement ce tir tendu, qui va à l’encontre des règles de sécurité élémentaire. On déplore l’immense lâcheté du voleur de téléphone non identifié qui a profité de ma blessure pour agir. Mais, surtout, je remercie les personnes, dont certaines portaient des gilets jaunes, qui m’ont mis à l’abri et se sont inquiétées de mon sort. Merci pour tous vos messages de soutien, qui me font très plaisir. A très vite ! Hugo. », explique Hugo Clément à ses abonnés.