fbpx
Actualités
Partager sur

Alerte à la bombe: cinq lycées parisiens évacués en urgence après des menaces

Alerte à la bombe: cinq lycées parisiens évacués en urgence après des menaces

Une alerte à la bombe dans cinq lycées de Paris ont obligé les chefs d'établissement à évacuer la totalité des classes.

Une alerte à la bombe a causé l’évacuation rapide de cinq lycées parisiens, dont le prestigieux établissements Henri IV. Cela fait suite à des appels téléphoniques de « coups de fils malveillants » selon les déclarations du chef d’établissement du lycée Henri IV aux journal l’Obs. Dans les minutes qui ont suivi les appels, la totalité de l’établissement a dû être évacuée et les sacs des élèves ont dû être fouillés pour tenter de vérifier les dires de ces coups de téléphone. Les établissements eux-mêmes vont être fouillés par les forces de l’ordre comme le déclare France Info. La police, elle, a été informée peu avant onze heures pour les mêmes raisons.

La police aussi a reçu des coups de téléphone

En effet, alors que plusieurs appels anonymes faisaient état d’une alerte à la bombe dans les lycées, les commissariats ont eux aussi été alertés par les mêmes coups de téléphone. Ceux-ci précisaient que les bombes en question avaient été cachées dans les établissements. « Les élèves ont été évacués dans les cours des établissements pendant que les équipes de déminage de la préfecture de police se mettaient en place », a expliqué le journaliste à la radio. Celui-ci a ensuite ajouté qu’ « à midi, les patrouilles étaient encore à l’œuvre avec des chiens pour tout passer au peigne fin. A ce stade aucun colis suspect n’a été trouvé. Les recherches continuent ».

Pas de panique malgré l’alerte à la bombe

Les alertes à la bombe sont prises très au sérieux par les autorités qui sont mobilisées depuis les attentats de Paris dans le cadre de l’état d’urgence instauré par François Hollande afin de lutter contre les menaces terroristes. Pour le moment, aucun explosif n’a été retrouvé et selon un enseignant contacté par le journal Le Parisien, « il n’y a pas une de mouvement de panique, tout s’est déroulé dans le calme », du côté des élèves, bien que la surprise d’une alerte à la bombe soit totale.