fbpx
Actualités
Partager sur

Airbnb: un couple de français piégé par leur propriétaire

Airbnb: un couple de français piégé par leur propriétaire
Partager
Partager sur Facebook

Une famille qui avait fait une réservation sur Airbnb a eu une surprise au réveil en voyant dix hommes armées rentrer de force dans la maison.

Cette année, Anne-Sophie Guillonnet et sa famille, originaires de Saint-Nazaire, ont choisi de partir en vacance en Espagne. Préférant le site Airbnb aux gros hôtels, ils répondent à l’annonce de Rex. « Nous avions réservé une maison dans la campagne barcelonaise pour rejoindre des amis. Une location d’une semaine dans le petit village de Vilalba Sasserra,. Nous ne savions rien du propriétaire et disposions de photos du bien, de son adresse et du prix », déclare la chef de famille à Ouest France. Arrivés sur place, le propriétaire est là. Anne-Sophie ne se doute de rien. Elle trouve même l’homme sympathique. « A notre arrivée nous avons été reçus par le proprio, visiblement pressé mais sympa. Il nous a remis les clefs et prévenu qu’il partait randonner quelques jours en montagne », explique la victime.

Un homme cagoulé braque le père de famille avec une arme

Pour le moment tout va bien. Mais le lendemain, les choses se corsent. « Alors qu’il prenait son petit-déjeuner sur la terrasse, à 7h30, mon conjoint entend un petit bruit. En levant la tête, il aperçoit un homme cagoulé, armé d’un fusil d’assaut braqué sur lui », explique la jeune femme à Ouest France. Avec l’agresseur, une dizaine d’hommes lourdement armés sont aussi présents. Ils recherchent le propriétaire du logement mis en location sur Airbnb et perquisitionnent la maison. Muni d’un bélier, ce sont en fait les forces de l’ordre qui ouvrent quatre pièces complètement fermées de la maison.

Airbnb a retiré l’annonce

Si tout semble dingue, Anne-Sophie ne comprendra qu’à son retour en en France cette location Airbnb pour le moins suspecte. Leur propriétaire était en fait une figure néonazie espagnole recherchée par les autorités. Il serait même à la tête d’un réseau néonazi catalan. Celle qui n’en revient toujours pas explique à Ouest France que l’homme était un « éditeur et libraire négationniste à Barcelone. Il a été condamné à de multiples reprises à des peines de prison ferme pour apologie de l’Holocauste. Rex, son pseudo, est une référence à un mouvement fasciste développé en Belgique dès 1936 ».

Le journal Libération annonce que l’homme serait de retour en prison après son arrestation en juillet dernier. Si la jeune mère de famille a tenté de demander un geste auprès de Airbnb, c’est non ! Seule l’annonce a été retirée du site.