fbpx
Actualités
Partager sur

Air-France: un homme a été placé en garde à vue après une fausse alerte à la bombe!

Air-France: un homme a été placé en garde à vue après une fausse alerte à la bombe!

Quelques heures après l'atterrissage forcé de l'avion Air-France suite à un colis suspect, un passager a été placé en garde à vue.

Dans la nuit de samedi 19 décembre 2015 au dimanche 20 décembre 2015, Un vol de la compagnie Air-France a dû atterrir d’urgence pour colis suspects. Aujourd’hui lundi 21 décembre 2015, un homme soupçonné d’avoir été au coeur de l’affaire, a été placé en garde à vue. La femme du suspect et plusieurs membres de l’équipage ont été entendus par les policiers.

Un passager du vol Air-France en garde à vue à cause d’une fausse alerte à la bombe

L’homme, un ancien policier âgé de 58 ans a été placé en garde à vue par les enquêteurs selon des informations d’Europe 1. L’individu est accusé d’avoir confectionné un engin explosif, obligeant l’avion a atterrir.
En effet, l’avion, le Boeing 777 qui assurait la correspondance Maurice-Paris a atterris d’urgence au Kenya car un colis suspect a été découvert au toilette par l’un des passagers.
L’avion a atterrit non sans difficulté à l’aéroport de Mombasa dimanche. 459 passagers et 14 membres d’équipage ont été évacués et transportés dans plusieurs hôtels avant de reprendre l’avion à destination de Paris Charles-de-Gaulle.
Le colis suspect était en fait inoffensif;« il s’agissait d’un ensemble de cartons, de papiers et d’un minuteur de cuisine » a indiqué le PDG de Air France.

Une menace terroriste?

C’est une blague de très mauvais goût. Depuis les sanglants attentats de Paris ou 130 personnes sont mortes, la sécurité dans les transports a été renforcée. Une enquête a été ouverte par le parquet de Bobigny pour « entrave à la circulation dans les aéronefs et mise en danger la vie d’autrui », selon des informations du quotidien Le Parisien Aujourd’hui en France.
La compagnie Air-France a elle déposé plainte pour « entrave à la circulation aérienne et mise en danger de la vie d’autrui », relate Europe 1.