fbpx
Actualités
Partager sur

Service militaire en France: faut-il remettre le service national au goût du jour ?

Service militaire en France: faut-il remettre le service national au goût du jour ?

Suite aux attentats de Paris, la proposition de la remise en application du service militaire fait débat. Alors que l'opinion publique se divise, est-il possible de le remettre en route ?

Suite aux attentats de Paris, de nombreuses propositions pour assurer la sécurité et augmenter les effectifs des forces de l’ordre ont émaillé les plateaux de télévision et de radio. Une pourtant a fait du bruit malgré sa complexité et la difficulté de la (re)mettre en place: doit-on rétablir le service militaire ? Certains politiques y sont favorables, notamment Xavier Bertrand, qui se dit favorable à un rétablissement du service national, « obligatoire, pour les filles et garçons, un creuset où se forgent le civisme et le respect des valeurs républicaines ». Une proposition soutenue par Jean-Pierre Chevènement, qui a même été jusqu’à engager une pétition pour un « rétablissement ou la re-création d’un service national, obligatoire pour tous ». Malgré tout, cette idée semble plus complexe qu’il n’y parait et certains sont opposés à cette idée.

La France n’a pas les infrastructures d’accueil pour le service militaire

Parmi les opposants à la création d’un nouveau service militaire en France, on retrouve le député UDI Hervé Morin qui déclare dans les colonnes de l’Express: « nous n’avons ni les casernes, ni les moyens. Il faudrait embaucher des dizaines de milliers de personnes d’encadrement ». Selon l’élu, un service militaire encadrerait chaque année environ 900 000 personnes et les infrastructures dont disposent la France sont beaucoup trop limitées. Selon lui, cette idée n’a aucun sens « parce qu’en vérité ceux que l’on veut viser par l’instauration du service national, ce n’est pas ceux qui vont venir dans le volontariat, c’est évident ». Ancien ministre de la Défense sous Jacques Chirac, Hervé Morin s’était pourtant opposé à la suppression du service militaire lors du mandat Chiraquien.

La prolongation des études est un phénomène croissant depuis la fin du service militaire

Mais est-ce réellement possible ? La question n’apparaît que trop rapidement pour prendre une décision. La France et les Français sont sous le coup des attentats de Paris et cherchent un symbole de sécurité pour les mois à venir. Malgré tout, la remise en place du service militaire ne doit pas se faire précipitamment. Si cela permet d’enrôler civilement 900 000 jeunes par an, la décision doit être prise en tout état de cause et les politiques doivent en connaître toutes les conséquences. Surtout que le principal problème du service militaire à la fin des années 90, était la prolongation de la durée d’études. Alors qu’en 1990, environ 32% d’une génération sortait de l’université diplômée, l’objectif affiché du gouvernement est de passer ce chiffre à 60%. Il sera donc difficile de demander à 60% de la population à rejoindre le service militaire lors de leur période d’études, ou au moment de leur rentrée dans le monde du travail.