fbpx
Actualités
Partager sur

Salah Abdeslam: la photo du prisonnier fuite dans la presse belge

Salah Abdeslam: la photo du prisonnier fuite dans la presse belge

La photo du terrorisme Salah Abdeslam est apparue dans un journal belge. Il s'agit de la première photo du terroriste depuis son arrestation le 18 mars dernier.

On peut dire qu’il a une sale gueule Salah Abdeslam. La première photo du terroriste dans sa cellule de prison à Bruges a été diffusée par le journal flamand Het Nieuwsblad. Outre le fait que la photo de sa prison soit la première, c’est même la seule qui ait été prise de lui depuis son arrestation le 18 mars dernier dans la commune de Molenbeek, et une des rares de Salah Abdeslam dans la totalité exceptées celles de la station service où il s’était arrêté lors de sa fuite vers la Belgique après les attentats de Paris le 13 novembre dernier.

Un prisonnier modèle selon certaines sources

Sur la photo, on voit le terroriste regarder le photographe d’un oeil noir. Les poches sous ses yeux se sont agrandis, ses cheveux ainsi que sa barbe sont mal taillés, hirsutes… Le visage d’un homme décomposé par la fatigue le stress et la peur. Il semblerait que les interrogatoire soient sur le point de le pousser à bout. Au cour de l’article sur Salah Abdeslam lui-même, il est décrit cependant comme « prisonnier modèle. C’est un très bon garçon, un exemple pour beaucoup d’autres détenus », expliquent certaines sources anonymes au sein la prison. Selon ces mêmes sources, le garçon aurait même énormément d’appétit.

Salah Absdeslam est surveillé de près

Malgré tout, il semblerait que les conditions de détention de la prison haute sécurité de Bruges soient très stricts. En effet, la cellule du terroriste est fouillée de manière quotidienne et la lumière est en permanence éteinte. Un trouble inquiétant qui le déconnecte complètement du temps extérieur et qui permet de faire perdre la notion de nuit ou de sommeil aux détenus. Pour le moment encore derrière les barreaux en Belgique, Salah Abdeslam va bientôt être transféré vers la France pour y être jugé. Si pour le moment, la date de son arrivée n’est pas connue, elle devrait prendre moins de 90 jours, comme le prévoit la loi.