Actualités
Partager sur

Rennes: un cachalot échoué au centre ville de la capitale de la Bretagne

Rennes: un cachalot échoué au centre ville de la capitale de la Bretagne
Partager
Partager sur Facebook

A Rennes, un cachalot a été retrouvé échoué sur les berges de la Vilaine, de quoi inquiéter quant aux perturbations du système écologique.

Comment un cachalot s’est-t-il échoué dans le centre-ville de Rennes ? Vendredi 1er juillet, les habitants de la capitale bretonne se sont réveillés avec un spectacle inattendu. Ils étaient plusieurs à témoigner sur internet qu’une « baleine » se serait échouée sur les bords de la Vilaine. Des experts en combinaison blanche et masqué ont rapidement formé un périmètre de sécurité autour du cétacé d’environ 15 mètres de long. « Tout semble vrai pour l’instant », déclarait Ouest-France sur son site internet.

Une performance artistique

« Cela fait une semaine que nous le suivons, avec ses deux jeunes frères. Il semblerait qu’ils aient été perturbés par des exercices militaires menés au large. Les sonars utilisés sont le seul moyen pour les cachalots de se repérer. Ils sont complètement perdus », relate Bart, qui dit être membre de l’Internationale Whale Association. Un deuxième cachalot serait lui aussi coincé dans la Vilaine, mais un peu plus en amont. Quant au troisième frère, les scientifiques ont perdu sa trace. Même la police nationale s’en inquiète sur son compte Twitter.


Et pourtant, tout cela n’est qu’une vaste mise en scène. Cette mise en scène est dû au Collectif Captain Boomer, une compagnie artistique belge, qui a placé le cétacé à cet endroit dans le cadre du festival rennais Les Tombées de la Nuit. « Le cachalot est évidemment un faux. C’est une installation d’un collectif d’artistes qui a tout mis en place ce vendredi à 6h du matin sur les bords de la Vilaine. Le cétacé, qui mesure 17 mètres pour 1,5 tonnes a été réalisé en résine » a finalement avoué Lénaïc Jaguin, responsable du projet au HuffPost dimanche.

Un cachalot échoué pour la cause environnementale

Le collectif belge n’en est pas à son premier coup d’essai. Captaine Boomer réalisait ce genre de performances pour la première fois à Anvers en 2008, puis Londres et Valence en 2013. « Nous plaçons la statue sur le lieu durant la nuit et préparons le sang et l’odeur. Au matin, la carcasse est entourée d’un périmètre de sécurité pour garder les gens à distance. Les acteurs, membres du collectif, jouent leur rôle (scientifiques, secours, journalistes) jusqu’au bout », raconte la compagnie sur son site internet. Le but de cette performance artistique n’était pas simplement de berner la population, mais de l’interpeller sur les questions environnementales. « L’échouage d’une baleine est toujours un événement magique. Le cachalot échoué est une gigantesque métaphore des perturbations que subi notre système écologique. Les gens sentent que leur lien avec la nature est chamboulé. Le jeu entre la fiction et la réalité renforce ce sentiment », expliquent-ils. Espérons que ce faux cachalot puisse en sauver de vrais.