fbpx
Actualités
Partager sur

Réforme de l’orthographe: la ministre de l’Education Nationale attaque l’Académie Française dans une lettre

Réforme de l’orthographe: la ministre de l’Education Nationale attaque l’Académie Française dans une lettre

La réforme de l'orthographe enflamme le débat en France. Après la prise de position de l'Académie Française, c'est au tour du ministre de l'Education Nationale de s'attaquer à l'institution littéraire.

La guerre sur la réforme de l’orthographe a été déclarée et elle continue… Après les réactions de l’Académie Française et des défenseurs des la langue française, c’est au tour de la ministre de l’Education Nationale, Najat Vallaud Belkacem, de se délier la langue et de dévoiler sa surprise face aux réactions d’Hélène Carrère d’Encausse, secrétaire perpétuel de l’Académie Française. Celle-ci avait en effet déclaré dans une interview au Figaro que l’ « Académie française s’oppose à toute réforme de l’orthographe et n’est pas à l’origine de celle qui doit être prochainement généralisée dans les manuels scolaires ». Pourtant, cette réforme avait été actée à la fin des années 80 par 40 immortels de l’Académie Française. Mais l’institution s’était défendue en déclarant dans un communiqué que « l’Académie française tient tout d’abord à rappeler qu’elle n’est pas à l’origine de ce qui est désigné sous le nom de « réforme de l’orthographe », dont la presse se fait l’écho depuis quelques jours, et qui devrait être appliquée dans les programmes scolaires à compter de la prochaine rentrée ».

Najat Vallaud-Belkacem se défend face à l’Académie Française

La ministre a alors écrit dans un courrier daté de lundi 15 février que « c’est avec intérêt mais également avec un certain étonnement que j’ai pris connaissance de votre réaction publique aux nouveaux programmes de la scolarité obligatoire, publiés le 26 novembre 2015 – vous critiquez notamment la référence, pourtant identique à celle de 2008, aux rectifications de l’orthographe proposées par le Conseil supérieur de la langue française ». Rendu public ce mardi 16 février, ce courrier adressé à l’Académie Française marque une nouvelle scission entre les deux institutions qui rejettent l’une sur l’autre la création de cette réforme de l’orthographe. La ministre de l’Education Nationale a d’ailleurs ajouté dans son texte qu’ « étonnement renforcé par le fait que ces rectifications sont intégrées dans la neuvième édition du dictionnaire de l’Académie française et que l’Académie, pourtant contactée par le Conseil supérieur des programmes cet été, n’a pas fait de remarque quant à la présence de cette référence ».

Les principaux intéressés pas réellement impliqués dans le débat

Pour ou contre la réforme de l’orthographe ? Le sujet est au coeur des débats. Si les internautes se sont révoltés en masse autour de cette proposition qui vise à simplifier l’apprentissage de la langue française, des syndicats étudiants et certains professeurs y voient la possibilité d’un test. Pour les défenseurs de cette réforme, la possibilité d’offrir à tous l’apprentissage de la langue française est un projet intéressant. Mais cette réforme qui divise l’Etat et l’Académie Française n’est cependant considérée que comme un non-événement qui ne permet que de soulever un débat sur la question sans y apporter une réponse précise.