fbpx
Actualités
Partager sur

Prostitution: l’Allemagne rend le port du préservatif obligatoire pour les clients

Prostitution: l’Allemagne rend le port du préservatif obligatoire pour les clients

Une nouvelle loi entrera en vigueur en 2017: tous les clients des maisons closes allemandes seront obligés de porter un préservatif.

La prostitution est légale en Allemagne depuis 2002. Les prostituées y bénéficient de l’assurance chômage et d’une couverture maladie. Cependant, les maisons closes soulèvent de nombreux problèmes comme la sécurité des employés ou encore l’hygiène, notamment sur le port obligatoire du préservatif. La coalition au pouvoir dans le pays a annoncé mardi matin qu’ils avaient trouvé en accord sur une loi devant assurer une meilleure protection des prostituées en Allemagne. Ce pas en avant qui oblige le port du préservatif a été salué par le Ministère allemand de la Famille.

La loi qui obligera les clients des lieux de prostitution à porter un préservatif

Selon la coalition, qui regroupe les conservateurs de la CDU d’Angela Merkel et les sociaux démocrates du SPD, la loi devrait entrée en vigueur en juillet 2017. Mais aucune date n’a encore été fixée pour le vote de la loi en question. L’une des mesures phares est le port obligatoire du préservatif pour les clients des maisons closes. Si non respect de cette règle sera passible d’amende. Devant chaque établissement, des panneaux devront signaler cette obligation. Il est également fait mention que les casiers judiciaires des tenanciers seront examiner lors de la demande d’autorisation. Le but est d’empêcher d’anciens membres de réseaux dédiés à la traite d’êtres humains d’être à la tête d’une maison close.

Des mesures d’hygiène plus strictes et des meilleures conditions de travail

Les mesures d’hygiènes dans les maisons closes seront plus réglementées. Les prostituées ne pourront plus loger dans les chambres où elles reçoivent leurs clients, comme c’était souvent le cas avant. Elle devront obligatoirement effectuer des déclarations de rendez-vous périodiques auprès des services de santé. Ces rendez-vous seront plus fréquents pour les prostituées qui ont entre 18 et 21 ans. Si cette nouvelle loi réjouit les syndicats des « travailleurs du sexe ». Elle est en revanche dénoncée par les féministes. En 2007 un rapport affirmait que depuis la libéralisation seulement 1% des prostituées avaient un contrat de travail. Voilà de quoi s’interroger sur la fiabilité de la réforme. Mais pour l’instant rien n’a été voté.