fbpx
Actualités
Partager sur

Pollution: la palme de la ville la plus polluée de France revient à Marseille

Pollution: la palme de la ville la plus polluée de France revient à Marseille

La ville de France la plus touchée par la pollution est celle de Marseille qui devance Lyon et Paris. Mais les zones à risques se cachent partout sur l'hexagone.

C’est l’association Robin des Bois qui dévoile ce classement plutôt triste… Celui de la ville la plus polluée de France. Baptisé « Atlas de la France Toxique », ce « classement » comporte 36 cartes accompagnées de 36 textes afin que la population connaisse les risques à proximité de leurs habitations. Et cette étude révèle des choses plutôt surprenantes et notamment sur le fait que Marseille est la ville la plus irrespirable de France. Si Paris et Lyon, les deux principales autres communes de France, explosent les recommandations de lOMS (Organisation Mondiale de la Santé), c’est bien la cité phocéenne qui remporte la palme de la ville la plus polluée de France avec un taux de 31,8 µg/m3 de particules fines dans l’air. C’est aussi la ville de Lyon qui arrive en seconde place avec 29,5 µg/m3. Paris fini troisième avec un taux moyen de 27 µg/m3.

Marseille ville au plus haut taux de pollution mais…

Au coeur de cette étude, le président de l’association, Jacky Bonnemains, tient à rappeler que personne n’est à l’abris de ce type de pollution dans tout le pays. D’ailleurs, les cartes disponibles au milieu de l’Atlas dévoilent des zones pollution très importantes comme sur le traitement des déchets de guerre où la ville de Lille est principalement visée ainsi que la Normandie et le Sud Bretagne. Mais ce n’est pas tout, les sites sous-marins pollués et la toxicité des déchets radioactifs en milieu urbain sont aussi évalués. Au total, la ville de Lyon recense deux millions de mètres carrés de friches industrielles et trois sites classés Seveso (zone à risque et dangereuse). Marseille cache de son côté 50 sites sensibles et deux sites Seveso. La ville de Paris est épargnée par ces zones, mais les différents pics de pollutions de la capitale montrent sa fragilité face à la pollution et la capitale reste la zone de France comprenant le plus de stockages radioactifs (35). Malgré tout, il faut compter 2 millions d’habitants contre 500 000 à Lyon et Marseille.

Ne pas créer de conflits mais les résoudre

Sur le site internet de l’association, le communiqué qui accompagne l’Atlas explique qu’il « s’attarde sur le marquage des territoires et des terroirs par l’amiante, les pesticides et les PCB (pyralène). L’Atlas est violent. Il démontre que les pollutions sont partout même là où on ne les attend pas ». Mais au lieu d’allumer la mèche, cette ouvrage a pour but de lancer « « un appel à résoudre les conflits entre les activités humaines et les biodiversités par la connaissance, les comportements, le dialogue, la vigilance et la réglementation »