fbpx
Actualités
Partager sur

Russie: une explosion a eu lieu dans le métro de Saint-Pétersbourg

Russie: une explosion a eu lieu dans le métro de Saint-Pétersbourg
Partager
Partager sur Facebook

Une explosion a eu lieu dans le métro de Saint-Pétersbourg. Selon les première information, il pourrait y avoir une dizaine de victimes.

C’est un drame qui vient de secouer la ville de Saint-Pétersbourg. En effet, la deuxième ville de Russie et ancienne capitale des Tsars de l’empire a été la victime d’une explosion. En effet, le métro de la ville a été le théâtre d’une explosion qui a fait au moins 10 morts et plusieurs blessés. C’est ce qu’ont rapporté les agences de presse ainsi que la télévision russe.

Les causes de cette explosion ne sont pour le moment pas encore connues. Une source au sein des autorités de Saint-Pétersbourg a expliqué que « L’explosion a eu lieu dans l’un des wagons. Il y a des victimes ». Une déclaration faite à l’agence publique Ria Novosti. Pour le moment, trois stations de métro ont été fermés. Cela fait suite à la demande de la société de métro comme le stipule le service de presse du métro cité par l’agence Interfax.

On ne sait pas encore d’où vient l’explosion

Pour le moment, il n’y a que peu d’infromations sur l’étendue des dégâts causé par l’explosion. Seules quelques photos de témoins sont sorties sur Twitter indiquant la violence de la déflagration. C’est le site Life News qui a diffusé les images prises sur les lieux. De plus, un journaliste de l’agence de presse Reuters a pu constater qu’une dizaine d’ambulances s’étaient approchées de la station Sennaïa Plochtchad. Une station à proximité du centre-ville de Saint-Pétersbourg.

Une attaque contre la deuxième ville de Russie

La ville de Saint-Pétersbourg est la seconde plus grande ville du pays après Moscou. Symbole de l’empire russe à l’époque Tsariste, la ville est aujourd’hui un important centre touristique. Le métro de Saint-Pétersbourg est d’ailleurs connu pour être un des plus profond au monde. Lors de la guerre froide, ce dernier devait servir d’abris anti-atomique en cas d’attaque avec les Etats-Unis.