fbpx
Actualités
Partager sur

Primaire Les Républicains: la joute entre les candidats a commencé !

Primaire Les Républicains: la joute entre les candidats à commencé !

La Primaire les républicains a débuté est les principaux candidat ont commencé à s'envoyer des piques par meetings interposés ce week-end... Un vrai combat de boxe !

On aurait presque pu croire qu’ils avaient attendu bien sagement la candidature de Nicolas Sarkozy à la Primaire les Républicains. En effet, les premiers et principaux candidats de l’élection se sont livrés ce week-end à une joute verbale des plus musclées en attaquant leurs rivaux auxquels ils seront opposés lors de la Primaire Les Républicains les 20 et 27 novembre prochains. Première victime, Nicolas Sarkozy qui a été la cible des trois candidats. François Fillon a même été jusqu’à remettre en cause la légitimité de sa participation en déclarant: « ceux qui ne respectent pas les lois de la République ne devraient pas pouvoir se présenter devant les électeurs. Il ne sert à rien de parler d’autorité quand on n’est pas soi-même irréprochable. Qui imagine un instant le général de Gaulle mis en examen ? ». Autrement dit, la ligne d’attaque de celui qui arrive à la quatrième place dans les sondages à la Primaire les Républicains est claire, Nicolas Sarkozy ne devrait pas avoir le droit de se présenter.

La Primaire les Républicains commence par des tacles à tout va

Une attaque qu’a aussi lancé Bruno Le Maire, mais en visant aussi son autre rival Alain Juppé. Lui, veut mettre dos à dos Nicolas Sarkozy et l’ancien allié de Jacques Chirac: « je vois d’un côté des discours toujours plus durs, toujours plus violents, toujours plus brutaux, qui se solderont inéluctablement par toujours plus de déceptions, et de l’autre côté, l’immobilité heureuse », a-t-il déclaré devant une foule à qui il a promis la victoire lors de la Primaire les Républicains. De son côté, Alain Juppé a tenu à conserver sa ligne politique et a annoncé qu’il ne débattrait sur le clivage identitaire de la France contrairement à son rival Nicolas Sarkozy. « Je vais poursuivre une campagne qui me ressemble. Ma campagne, pas celle d’un autre. Je ne vais pas dire à chacun ce qu’il a envie d’entendre pour mieux le séduire à court terme et mieux le décevoir ensuite. Je refuserai toujours d’instrumentaliser les peurs, de flatter les bas instincts », a déclaré l’élu de Bordeaux.

Sarkozy prépare déjà une loi contre le Burkini

Et d’ailleurs, Nicolas Sarkozy ne s’est pas caché de cette démarcation avec Alain Juppé. En effet, il a juré que sa présence à la Primaire les Républicains n’avait pas pour but de « régler des comptes avec qui que ce soit ». Il en a profité pour attaquer Alain Juppé, l’accusant d’être un amoureux du compromis avec les minorités avec le concept d’« identité heureuse » « Certains voient une identité heureuse, d’autres, comme moi, ont un regard plus réaliste », a lancé l’ancien président qui a ensuite réaffirmé qu’il souhaitait faire passer une loi sur l’interdiction du burkini « sur les plages et dans les piscines de France » et sur le port du voile « à l’école, à l’université ou dans les administrations ». Une chose est sûre, l’ancien président n’a pas changé sa politique agressive visant l’actualité chaude du moment.