fbpx
Actualités
Partager sur

Primaire de la gauche: comment sont perçus les candidats ?

Primaire de la gauche: comment sont perçus les candidats ?

Comment sont perçus les candidats de la Primaire de la gauche? Si Valls semble le plus présidentiable, il est loin d'être le plus sympathique.

Comment sont perçus les candidats de la Primaire de la gauche par les Français ? C’est à cette question que répond l’enquête Cevipof – Ipsos Sopra Steria pour Le Monde. Et les résultats montrent que les électeurs se sont déjà faits une idée précise de chacun des candidats. Selon l’étude, c’est Manuel Valls qui semble le plus présidentiable pour les sondés. Selon 43% d’entre eux, « il a l’étoffe d’un président ». Il devance de très loin Arnaud Montebourg (30%) et Benoît Hamon (24%).

Et plus loin même, Manuel Valls « a déjà prouvé son efficacité » selon 33% des personnes interrogés. Ils ne sont que 24% pour l’ancien ministre de l’Economie et 21% pour le député. Alors qu’un sondage BVA sorti la veille le voyait perdant au second tour, Manuel Valls retrouve des couleurs lors de la Primaire de la gauche. Il a d’ailleurs axé sa campagne sur sa capacité à remplir la fonction présidentielle et son expérience au sein des institutions de l’Etat.

Valls plus présidentiable, mais pas sympathique

Malgré tout, Manuel Valls a un point faible qui risque de l’handicapé. Son image n’est en effet pas très bonne au sein des électeurs. Il n’est sympathique que pour 23% d’entre eux et seulement 24% pensent qu’il comprend réellement les envies et les besoins des Français. Sur ces deux thématiques, il est largement devancé par ses deux rivaux qui sont Benoît Hamon et Arnaud Montebourg. Alors que le premier est sympathique pour 42% des sondés, le second atteint 40%. Ils obtiennent respectivement 38 % et 29 % sur la question de la compréhension des électeurs.

En effet, Manuel Valls est perçu comme un personnage froid et autoritaire. Si pour certains, ce détail n’a pas de réel rapport avec la fonction présidentielle, pour l’électorat de gauche qui devrait se rendre aux urnes, c’est pourtant primordial.

La raison du vote de la Primaire de la gauche fera la différence

Pour la Primaire de la gauche, reste à savoir la raison pour laquelle les électeurs iront voter le 22 janvier. Si la question est de savoir qui est le plus qualifié pour incarner la fonction présidentielle, Manuel Valls a un gros avantage. Mais si le vote se transforme en vote sanction du quinquennat, cela pourrait jouer en faveur d’Arnaud Montebourg et de Benoît Hamon.

En effet, le sondage révèle que 30% des sondés sont inquiétés par Manuel Valls contre seulement 12% pour Montebourg et 13% pour Benoît Hamon. Ces trois candidats de la Primaire de gauche semblent donc les plus aptes à passer au second tour. Vincent Peillon, lui, reste le quatrième homme et peine à imposer son discours.