fbpx
Actualités
Partager sur

Présidentielle 2017: ceux qui votent pour la première fois choisissent Le Pen

Présidentielle 2017: ceux qui vont voter pour la première fois choisissent Le Pen

Ils représentent, cette année, 7% de l’électorat. Et ils ont décidé de se tourner vers Marine Le Pen. Comment votent les primo-votants ?

Ils étaient trop jeunes aux dernières élections présidentielles. Mais cette année, les primo-votants ont bien l’intention de faire entendre leur voix. Ou presque.

Pour qui votent les primo-votants ?

Selon un sondage du Cevipof, la majorité des primo-votants, c’est-à-dire ceux qui votent pour la première fois, se tournent vers Marine Le Pen. En effet, le sondage, paru en fin de semaine dernière, révèle qu’ils sont 29% à envisager ce vote. C’est plus que ce Marine Le Pen obtient dans les sondages d’opinion (27%).

Juste derrière, on retrouve Emmanuel Macron (27%). Lui aussi réalise un meilleur score chez les jeunes que dans l’ensemble de la population. En revanche, François Fillon ne figure pas en troisième position. Il est dépassé par Jean-Luc Mélenchon (15,6%) et Benoît Hamon (15,4%).

Le candidat de la droite reflète en effet un des principaux sujets de mécontentement des jeunes. Avec ses 8% il montre qu’il n’est pas capable de leur parler. Mais pire encore, avec ses affaires, il semble s’être attiré leur désintérêt.

Pourquoi se porter vers Marine Le Pen ?

En effet, selon Anne Muxuel, chercheuse au CNRS citée par Le Figaro, seuls la moitié des primo-votants est certaine d’aller voter. Parmi les abstentionnistes que cela laisse, 48% tenteront d’exprimer une insatisfaction vis-à-vis de l’offre politique. Et 31% un mécontentement.

Bruno Cautrès, de Sciences Po, sur RMC, explique qu’il faut absolument trouver le moyen d’atteindre cette jeunesse en plein désarroi.

« L’enjeu d’ici le premier tour, c’est d’essayer de convaincre ces jeunes électeurs, parce que si on constate le 23 avril que cette jeunesse a boudé les urnes, ce serait un constat d’échec. »

Ils soulignent notamment qu’il y a un paradoxe important à prendre en compte, c’est l’intérêt des jeunes pour la politique. Si seulement la moitié compte aller voter, 80% des primo-votants s’intéressent à cette échéance électorale. Ce qui rejoint une autre enquête, d’Ipsos cette fois, publiée début mars.

Elle révélait aussi que 48% des primo-votants n’avaient pas encore arrêté définitivement leur choix. En effet, les jeunes d’aujourd’hui semblent beaucoup moins partisans. C’est ce qu’explique également Bruno Cautrès.

« C’est une jeunesse marquée par un engagement différent en politique: ils ne sont ni partisans, ni idéologues. »