fbpx
Actualités
Partager sur

Présidentielle 2017: retrouvez les réactions des candidats après l’annonce des résultats

Dimanche soir, à 20h, les noms des deux finalistes dans la course présidentielle ont été annoncés. Les autres n’avaient plus qu’à accepter la défaite.

Enfin, ce ne fût pas le cas de tout le monde. Si François Fillon et Benoît Hamon ont reconnu leurs responsabilités respectives dans cette défaite électorale, certains l’ont eu en travers de la gorge. C’est le cas de Jean-Luc Mélenchon.

Marine Le Pen et Emmanuel Macron au second tour, la pilule qui ne passe pas

Marine Le Pen et Emmanuel Macron sont en tête au premier tour de la présidentielle. Mais ce que scrute attentivement Jean-Mélenchon, se sont les résultats précis. En effet, avec une estimation à 19% à 20h il n’est pas très loin derrière Marine Le Pen à 21%. Un écart cependant considérable et qui pourrait être difficile à récupérer.

Mais le candidat de la France Insoumise ne perd pas espoir. Quelques minutes après l’annonce des résultats, il prend la parole devant ses militants. Il refuse la victoire et se dit prêt à attendre la déclaration officielle du ministère de l’Intérieur. Qui ne doit tomber qu’à minuit. Il dénonce même les « médiacrates et oligarques qui jubilent » de ces résultats.

Une position défendue également par Nicolas Dupont-Aignan. Longtemps considéré comme un petit candidat, il a créé la surprise dimanche soir. En effet, avec un peu plus de 4% des suffrages, il se situe juste derrière Benoît Hamon, issu d’une des formations politiques traditionnelles. Dans son discours, quelques minutes après l’annonce des résultats, il dénonce donc cette hiérarchisation des candidats.

Selon le fondateur de Debout la France, c’est le traitement médiatique qui lui a été réservé qui est à mettre en cause. Nicolas Dupont-Aignan estime avoir été biaisé au niveau des sondages, des temps de parole et même … des moyens financiers. En effet, on imagine bien que le candidat de Debout la France n’a pas mis les mêmes moyens dans sa campagne qu’un François Fillon, soutenu par un parti bien implanté.

Les discours des finalistes

Marine Le Pen s’est félicitée d’être aussi bien implantée dans le paysage politique. Arrivée seconde avec 21% des suffrages exprimés, elle salue le travail de ses militants qui l’ont aidée à se propulser au second tour. Et si elle dénonce le système médiatique « qui a cherché à étouffer le grand débat démocratique », elle se pose aussi en candidate de l’alternance. Elle appelle ses militants, et les Français, à choisir « la France des frontières, qui protège notre identité nationale ». Et fustige également au passage son concurrent. Emmanuel Macron, « l’héritier de François Hollande ».

La candidate frontiste a donc déjà un pied dans le second tour. Alors qu’Emmanuel Macron en est encore à savourer sa victoire. Arrivé premier dans les suffrages, il passe 15 minutes de son discours de dimanche soir à remercier militants, proches, familles, amis, soutiens. En particulier Brigitte, sa femme, qui est acclamée par les militants dans la salle. Il remercie aussi Benoît Hamon et François Fillon qui lui ont déjà accordé leurs voix.