fbpx
Actualités
Partager sur

Présidentielle 2017: un jeune sur cinq ne s’y intéresse pas

Présidentielle 2017: un jeune sur cinq ne s’y intéresse pas

Les jeunes ne s’intéressent plus à la politique. Dégoûtés par les affaires et le manque d’attention des politiques, un sur cinq compte s’abstenir.

Les jeunes sont l’atout principal des candidats à la présidentielle. Il y a ceux qui les mettent en avant, comme Alain Juppé pendant sa campagne. Ceux qui tentent de les comprendre. C’est le cas de Jean-Luc Mélenchon. Et puis il y a ceux qui pensent les incarner. Emmanuel Macron, benjamin de la course présidentielle en est l’exemple parfait.

Les politiques ne parlent plus aux jeunes

De plus, les jeunes qui entrent dans le monde politique, sont de nouvelles proies pour les candidats. Ceci dit, c’est aussi une population très difficile à saisir, et donc à convaincre. Pour preuve, ce sondage publié par 20 Minutes et OpinionWay. L’enquête #MoiJeune révèle qu’un jeune sur cinq se fiche de la politique.

Une proportion très élevée et qui a plusieurs raisons d’être. La première étant que les jeunes ont parfois le sentiment que la classe politique ne s’intéresse pas à eux. Il y a une forme de déconnexion entre ces politiques d’au moins 50-60 ans et ces jeunes actifs.

Dans son dernier livre, Brice Teinturier, directeur général délégué de l’institut de sondage Ipsos décrypte ce phénomène. Dans 20 Minutes, il explique que les jeunes ont perdu confiance dans les figures de la politique.

« Un désengagement [des jeunes] qui résulte de l’effondrement de la morale publique. Avec d’une part les révélations sur les politiques mais aussi le manque de résultat perçu au quotidien. »

Le choix de l’abstention

La proportion de jeunes qui se désintéressent de la politique est encore plus forte dans les régions du sud-ouest et dans les petites communes rurales. Et selon Brice Teinturier, c’est un phénomène qui « s’étend de plus en plus ».

Dans Plus rien à faire, plus rien à foutre, le politologue tente de comprendre le processus de distanciation entre les médias, les politiques et les Français. Il va même jusqu’à évoquer « une vacuité du contenu » dans une interview pour Sud-Ouest.

Ce qui pousse, machinalement, les jeunes à ne pas aller voter. Pour ces élections, le sondage de 20 Minutes révèle que 34% des jeunes ne soutiennent aucun candidat. 12% d’entre eux n’iront pas voter. Et parmi ceux qui iront voter, ils sont 20% à penser au vote blanc.

Ceci dit, Brice Teinturier tente de relativiser. Les abstentionnistes ne sont pas forcément des jeunes qui ne s’intéressent pas à la politique.

« Ils sont politisés mais ont perdu toute confiance, » dit-il pour empêcher toute connexion avec le vote FN. En effet, selon lui, les jeunes qui se tournent vers le Front National sont des personnes politisées, qui adhèrent aux idées du parti. Il ne s’agit pas simplement d’un vote contestataire donc.