fbpx
Actualités
Partager sur

Présidentielle 2017: François Hollande a mis de côté ses 500 parrainages

Présidentielle 2017: François Hollande a mis de côté ses 500 parrainages

François Hollande pourrait revenir dans la course présidentielle. Il a déjà réuni 500 parrainages d’élus pour une candidature surprise de dernière minute.

Apparemment François Hollande ne s’interdit pas une possible candidature à la présidentielle. C’est ce que révèle Le Parisien qui dévoile que le chef d’Etat a mis de côté le parrainage de 500 élus en prévision d’une candidature.

François Hollande a 500 parrainages

Et si François Hollande revenait finalement dans la course à la présidentielle ? C’est en tout cas une hypothèse que le chef d’Etat n’a pas totalement enterrée.

En effet, selon les révélations du Parisien, le président de la République aurait mis de côté 500 parrainages d’élus pour anticiper une éventuelle candidature de dernière minute.

Plusieurs témoignages de l’entourage du président prouvent que François Hollande ne s’est fermé aucun porte. Apparemment certains de ses très proches collaborateurs auraient mis de côté 500 parrainages d’élus pour assurer une candidature de dernière minute.

En coulisse, Le Parisien révèle que François Hollande se voit comme le seul rempart possible contre la montée du FN. En effet, pour le moment on fait face à un deuxième tour Emmanuel Macron/Marine Le Pen. François Hollande serait-il prêt à faire de l’ombre à Benoît Hamon ?

Une préparation minutieuse

Au risque de tuer sa famille politique, comme c’est déjà le cas de la droite, plombée par l’affaire Fillon ? Pour le moment, François Hollande ne peut pas envisager cette option. En effet, s’il n’a pas un score suffisant pour passer au second tour, Benoît Hamon est loin de la catastrophe Fillon.

On apprend également dans Le Parisien que François Hollande a pourtant déjà toutes les cartes en main pour une candidature à la présidentielle. En effet, il aurait donné des consignes à ses proches pour s’assurer de leurs soutien en cas de candidature. Ainsi, il leur demande de ne se rallier ni à Macron ni à Hamon avant le 20 mars.

Ségolène Royal, qui a déjà dit qu’elle se sentait proche d’Emmanuel Macron, s’éclipse doucement de sa campagne. Au prétexte qu’il s’est trop droitisé. Quant à Jean-Yves Le Drian, il pose plus de problème. Les macronistes lui auraient promis un poste gouvernemental en cas de victoire.