fbpx
Actualités
Partager sur

Présidentielle 2017: François Fillon veut porter plainte contre les comploteurs

Présidentielle 2017: François Fillon veut porter plainte contre les comploteurs
Partager
Partager sur Facebook

François Fillon a affiché sa volonté de s’attaquer à ceux qu’il estime à l’origine du sabotage de sa campagne présidentielle.

François Fillon a décidé de ne plus se laisser marcher sur les pieds. Fatigué par les accusations à répétition contre lui et ses proches, le candidat à la présidentielle réplique de façon froide et réfléchie.

Fillon en difficulté

Pas question pour François Fillon de laisser la présidentielle lui échapper à cause des nombreuses affaires dans lesquelles il est trempé. En effet, depuis plus de deux mois, les médias révèlent régulièrement de nouvelles affaires qui impliquent le candidat de la droite.

Invité sur France Inter jeudi matin, François Fillon réplique donc. Après avoir déjà menacé Philippe Poutou de le poursuivre devant la justice pendant le débat de mardi soir, le candidat de la droite récidive.

Mardi soir, Philippe Poutou s’était en effet illustré lors d’une séquence où il accusait François Fillon de malhonnêteté à cause des nombreuses affaires. Pendant sa longue tirade, Philippe Poutou est à peine interrompu par François Fillon qui lâche un discret : « je vais vous poursuivre, vous ».

Menacer pour mieux prospérer

Et cette menace, il semble y tenir. En effet, sur France Inter François Fillon promet de s’en prendre à ceux qui sont à l’origine des révélations faites dans les médias. On pense bien évidemment aux journalistes et aux médias qui ont publié les nombreux documents qui on servi à attaquer le candidat.

Mais François Fillon a surtout en tête de s’attaquer au fameux cabinet noir de François Hollande. On s’en souvient, c’était dans L’Emission Politique il y a deux semaines. Le candidat de la droite affirme, sur le plateau de France 2, que François Hollande a commandité les accusations à son encontre.

Ce serait en effet un cabinet noir au service du chef de l’Etat qui aurait communiqué les soi-disant preuves contre lui.

« Ce ne sont pas les journalistes qui les ont cherchés, on leur a apporté. »

Et François Fillon en a les preuves. Selon ses dires, il serait en possession des « dates, jours et noms des personnes qui ont communiqué les documents ».

C’est contre ces personnes qu’il souhaite engager des procédures judiciaires. On suppose pour diffamation. Il tente même une autre forme de menace.

« C’est vrai que j’ai mal dormi. Ceux qui sont à l’origine de cette affaire ne dormiront pas bien à l’avenir. »

Les conséquences de ces affaires

Le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll a réagi immédiatement à ces propos sur France Info.

« Encore une fois, on est dans une volonté de suspicion, d’insinuation. Une manière de faire de la politique qui n’est pas à la hauteur de ce que doit être un engagement pour gouverner un pays. »

Selon Stéphane Le Foll, cité par Le Monde, l’indépendance de la justice n’est pas remise en cause dans cette affaire. Il souligne même qu’elle a été renforcée lors du quinquennat de François Hollande.

François Fillon tente pourtant son va-tout avec cette menace. En effet, depuis plus de deux mois, le candidat est dans l’incapacité de mener sa campagne.

Et ça se ressent notamment dans les sondages. Alors qu’il était le principal adversaire de Marine Le Pen, il a cédé sa place à Emmanuel Macron. Aujourd’hui, il est même menacé par la candidature de Jean-Luc Mélenchon. Il se veut pourtant optimiste sur ses chances de revenir dans la course. Sur France Inter, il balaie d’un geste de la main les résultats actuels des sondages.

« Ce n’est pas la même chose de voter sur Internet et de mettre un bulletin dans une urne. »