fbpx
Actualités
Partager sur

Présidentielle 2017: le débat n’a pas eu de conséquence dans les sondages

Présidentielle 2017/ le débat n'a pas eu de conséquence dans les sondages

Pas de changement encore dans la tête des Français. On est au lendemain du premier grand débat à 11 de la présidentielle pourtant.

Les Français ne semblent pas s’être totalement remis de la longue soirée débat mardi soir sur BFMTV et CNews. Dans le Présitrack d’OpinionWay ce mercredi 5 avril, ils sont encore dans le flou total.

Les sondages ne changent pas malgré le débat

Les sondages ne révèlent pas encore l’impact qu’aura le débat à 11 de mardi sur l’opinion publique. Pour le moment aucun changement n’est à noter. Marine Le Pen est en tête avec 26% des intentions de vote. Suivie de près par Emmanuel Macron et ses 24% d’intention de vote.

Derrière eux, François Fillon flotte toujours dans une sorte d’incertitude permanente à 20% des intentions de vote des Français. Plus si loin que ça, Jean-Luc Mélenchon pourrait très bientôt le dépasser.

En effet, le candidat de la France Insoumise est actuellement à 15% des intentions de vote dans les sondages. Cependant, il a été nommé grand vainqueur du débat de mardi soir. Et la dernière fois déjà, lors du débat à cinq sur TF1, il avait gratté cinq points dans les sondages. S’il réussit une nouvelle ce coup de maître, il pourrait donc se retrouver au même niveau que François Fillon.

Une remontée attendue de Mélenchon et Le Pen

Jean-Luc Mélenchon passerait donc de l’outsider envahissant à la troisième roue du carrosse en un rien de temps. Peut-être sera-ce même suffisant pour ravir une place au second tour de la présidentielle.

Il laisserait en tout cas sur le carreau un Benoît Hamon sonné qui ne s’est absolument pas illustré lors de ce second débat. Toujours à 10% d’intentions de vote, le candidat socialiste réalise une mauvaise campagne.

En revanche, au second tour, Emmanuel Macron se fait quelques sueurs froides. Le candidats d’En Marche! perd un autre point en faveur de Marine Le Pen. La candidate frontiste est désormais à 40% des intentions de vote. Un niveau qu’elle n’a pas atteint depuis le 20 mars dernier. Et qui est le plus haut score qu’elle ait obtenu face à Emmanuel Macron au second tour de cette élection.