fbpx
Actualités
Partager sur

Présidentielle 2017: que donnerait le résultat avec le système électoral américain ?

Présidentielle 217: que donnerait le résultats avec le système électoral américain

Quel aurait été le résultat de ce premier tour de présidentielle 2017 si les Français avaient un système de vote identique aux Américains ?

Dans un article publié sur son site internet, The Economist analyse le résultat du premier tour de la présidentielle 2017 sous un autre angle. Le journal britannique se demande quel aurait été le résultat de la présidentielle 2017 si la France avait un système de vote identique à celui des Etats-Unis.

Et si on votait comme aux Etats-Unis ?

Aux Etats-Unis, le président est élu au suffrage indirect. Les électeurs américains sont appelés à voter pour des grands électeurs qui ensuite élisent le président. Ce système à la proportionnelle a été très décrié dans l’Hexagone pendant la campagne de 2016 à laquelle Donald Trump a été élu. En effet, alors qu’Hillary Clinton a récolté le plus de voix populaires, Donald Trump a réussi à décrocher plus de grands électeurs.

C’est aussi l’une des raisons pour lesquelles la proportionnelle, en France, est souvent défendue par les petits partis. Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen étant les seuls à l’avoir défendu pour les législatives durant la présidentielle 2017. En effet, ce système de vote pourrait leur permettre de gagner plus de sièges à l’Assemblée nationale.

presidentielle-2017-et-si-on-votait-comme-aux-etats-unis-1

Emmanuel Macron gagnant de la proportionnelle

Mais revenons-en à la présidentielle 2017. The Economist analyse donc les résultat, région par région du premier tour. En métropole, huit régions sont acquises à Marine Le Pen. Pour un total de 90 grands électeurs. Emmanuel Macron qui n’en récolte que cinq obtient tout de même 87 grands électeurs. En effet, le candidat d’En Marche! se positionne en tête dans deux grosses régions que sont l’Île-de-France et l’Auvergne-Rhônes-Alpes.

Heureusement, il se positionne également en tête en Guadeloupe. Ce qui lui permet de gagner trois grands électeurs supplémentaires. Il se hisse ainsi à égalité avec Marine Le Pen. Mais une majorité d’au moins 97 grands électeurs est nécessaire, selon le calcul de The Economist.

Le report de voix, toujours un grand enjeu

Tout repose donc sur le vote des DOM restant. La Réunion, la Martinique et la Guyane sont acquises à Jean-Luc Mélenchon. Quant à Mayotte, elle a voté en majorité pour François Fillon. Mathématiquement, si les grands électeurs qui portent l’étiquette de la France Insoumise reportent leurs voix sur Emmanuel Macron pour faire barrage à Marine Le Pen, ils lui apporteraient neuf voix. Quant à Marine Le Pen elle pourrait convaincre les trois grands électeurs de Mayotte de voter pour elle.

Dans ce cas, Emmanuel Macron obtiendrait une majorité de grands électeurs avec 99 voix contre 93 pour Marine Le Pen. Mais la moitié des grands électeurs de Jean-Luc Mélenchon pourraient choisir derrière Marine Le Pen, comme cela pourrait être le cas dans les urnes au second tour. Et ceux de François Fillon pourraient se rallier à Emmanuel Macron. Le candidat d’En Marche! aurait ainsi 97 voix contre 94 pour Marine Le Pen.

Comme dans les sondages, cette perspective d’un autre système électoral placerait donc Emmanuel Macron à l’Elysée le 7 mai prochain.