MCE est disponible sur
  • Orange 217
  • SFR 177
  • BBox 156
  • Free 237
  • Numericable 78
  • Darty Box 117
Actualités
Partager sur

Présidentielle 2017: sondages, candidats, programmes…

Présidentielle 2017: sondages, candidats, programmes...
Partage
Partager sur Facebook

A l'approche de la Présidentielle 2017, MCE vous offre un panorama de la campagne électorale afin de vous aider dans votre choix.

La Présidentielle 2017 se déroulera le 7 mai. Un tournant marquant dans le paysage politique français après le quinquennat de François Hollande. Une élection qui laisse place à une lutte acharnée entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, finalistes de la course présidentielle.

MCE a donc décidé de vous orienter le mieux possible en vous réunissant les principales informations sur ces deux candidats. Malgré tout, ce n’est pas si simple. Et pour faire votre choix dans l’isoloir il va falloir bien s’informer. Voici ce que l’on peut en dire.

Les candidats de la Présidentielle 2017

Ils ne sont plus que deux à se battre dans la course à l’Elysée. Emmanuel Macron et Marine Le Pen sont les deux candidats qui ont remporté le premier tour de la présidentielle 2017.

Selon les résultats officiels diffusés par le ministère de l’Intérieur ce lundi à 18h, le candidat d’En Marche! s’est largement imposé. Il emporte ainsi 24,01% des suffrages. contre 21,3% pour Marine Le Pen.

Les sondages donnent Macron vainqueur au second tour

Afin de donner un panel plus représentatif, MCE a décidé de recenser les trois derniers sondages d’intention de vote venant de trois instituts de sondage différents.

1 Emmanuel Macron 59%-61%-64% (Opinion Way – Ifop – Elabe)
2 Marine Le Pen 41%-39%-36% (Opinion Way – Ifop – Elabe)

Un début de campagne mouvementé

En cette première semaine de second tour de la présidentielle 2017, les choses se corsent. En effet, Emmanuel Macron avait prévu de rendre visite aux syndicats des ouvriers de l’usine Whirlpool à Amiens (Somme). Mais il a été devancé par Marine Le Pen qui s’est rendue directement à l’usine parler aux ouvriers grévistes.

Les salariés de l’usine Whirlpool d’Amiens se battent depuis plusieurs mois pour éviter la délocalisation de l’usine en Pologne. Tout un symbole pour Marine Le Pen. En plus de se montrer comme la candidate des ouvriers français, c’est, une fois de plus, l’occasion de taper sur l’Europe.

Un coup de communication. Un coup médiatique aussi. Qui a été très peu apprécié par le camp Macron. Puisque tout est permis (surtout les coups bas) Emmanuel Macron met lui aussi les pieds dans le plat.

En meeting à Sarcelles le soir de cet affrontement médiatique, il charge violemment sa concurrente à la présidentielle 2017. Quelque chose qu’il s’était refusé de faire depuis le début de la campagne.

“Ne vous trompez pas ! Mme Le Pen est l’héritière de ce système, elle est née dans un château et elle donne des leçons, elle se prétend du peuple.”

L’université du futur selon les candidats

Marine Le Pen veut s’opposer au tirage au sort à l’université. Une méthode utilisée face au nombre croissant d’étudiants qui s’inscrivent à l’université.

Comme son concurrent, elle souhaite redonner du pouvoir aux universités. Notamment en leur laissant la gestion des recrutements.

Enfin, elle souhaite renforcer le rayonnement international des études supérieures françaises. Notamment en augmentant le budget de la recherche. En revanche, elle souhaite diminuer le nombre de cours donnés dans une autre langue que le français.

Emmanuel Macron est en faveur de la sélection à l’entrée en master. Notamment pour lutter contre la surpopulation de certaines filières et de certaines facultés.

En compensation pour les étudiants qui n’auront pas obtenu de places, le candidat d’En Marche! souhaite favoriser les filières professionnalisantes. En créant notamment 80 000 places dans ces filières.

La formation pour lutter contre le chômage des jeunes

Marine Le Pen souhaite remettre l’âge légal de l’apprentissage à 14 ans. Et pour ce faire, la candidate frontiste veut aussi augmenter le nombre de lycées professionnels et de lycées de la seconde chance.

Emmanuel Macron souhaite redonner les responsabilités aux régions et notamment aux instituts de formation comme les universités ou les centres d’apprentissages. Il souhaite aussi mettre en place un système de suivi personnalisé pour éviter les décrochages.

Emmanuel Macron veut également favoriser la formation professionnelle en augmentant les budgets de l’Etat. Son objectif est d’atteindre 1 millions de jeunes formés et 1 millions d’actifs formés d’ici la fin du quinquennat.

Lutter contre le terrorisme de façon efficace et rationnelle

Emmanuel Macron veut mettre fin à l’état d’urgence et engager un contrôle, par un juge du bilan de la lutte anti-terroriste. Il souhaite également engager 5 000 personnes au niveau européen, assignées à la tâche de surveiller les frontières extérieures.

Marine Le Pen compte augmenter le budget de la Défense le portant à 3% du PIB. La candidate frontiste veut augmenter ce budget dès la première année de son quinquennat. Ce budget prévoit ainsi la construction d’un nouveau porte-avion.

Europe : pour, contre, entre les deux ?

Emmanuel Macron n’est pas opposé à l’Union européenne. D’ailleurs, l’iFrap retient cette citation du candidat à la présidentielle 2017 :

“Les plus forts doivent aider.”

Il prône d’ailleurs pour une intégration plus forte à l’Union européenne. Notamment en créant un ministre des Finances de la zone euro.

Tout le contraire de Marine Le Pen qui prône la souveraineté de la politique. D’ailleurs, elle souhaite engager un référendum sur la sortie de la France de l’Union européenne. Elle compte également sortir du commandement de l’OTAN.

En revanche, la candidate frontiste n’est pas opposée à l’idée d’une alliance économique avec Berlin et Moscou.

Comment lutter contre le chômage ?

Marine Le Pen ne souhaite pas toucher à l’assurance-chômage, ni aux emplois aidés. C’est tout juste si elle évoque un apprentissage dès l’âge de 14 ans et développer des lycées de la seconde chance sur le territoire.

Emmanuel Macron souhaite que l’Etat reprenne la main sur l’assurance-chômage, gérée par le patronat et les syndicats. Le candidat d’En Marche! veut en revanche mettre en place l’indemnisation dès le premier jour. Cependant, il estime qu’il faudra revoir le plafond des indemnités à la baisse.

Autres vidéos recommandées pour vous