fbpx
Actualités
Partager sur

Présidentielle 2017: Emmanuel Macron encensé dans les petites communes

Présidentielle 2017: Emmanuel Macron encensé dans les petites communes

Présidentielle 2017: Emmanuel Macron encensé dans les petites communes

Pour gagner la présidentielle 2017, il faut convaincre la population. Cela veut dire aller sur le terrain et serrer des mains. Et à ce jeu, Emmanuel Macron semble avoir réussi à séduire les petites communes.

Durant toute la campagne présidentielle 2017, les candidats se sont déplacés sur le terrain pour séduire les foules. Et ce qui ressort d’une étude de l’AFP sur le vote au premier tour, c’est qu’Emmanuel Macron s’impose dans les petites villes.

Emmanuel Macron, le candidat des petites villes

Le candidat d’En Marche! réussit en effet à s’imposer avec 26% des voix du premier tour dans les villages. Devant Marine Le Pen à 21%, pourtant souvent perçue comme la candidate du terroir français. Mais déjà dans les villes de moins de 20 000 habitants, Emmanuel Macron (22,9%) se laisse distancer par sa rivale du second tour (23,7%).

Avant, finalement de céder la place à Jean-Luc Mélenchon. En effet, plus les villes sont grandes et plus elles penchent vers les extrêmes. En effet, Marine Le Pen décroche 25% des voix dans les villes de moins de 100 000 habitants. Jean-Luc Mélenchon est juste derrière elle à 23%.

Dans les villes de plus de 100 000 habitants, ils explosent même les scores avec entre 28 et 25% des voix exprimées.

Mélenchon beaucoup plus populaire chez les pauvres que Marine Le Pen

Pourtant, c’est dans les grandes villes que l’on trouve souvent les salaires moyens et élevés. Et c’est Français là ont voté en masse pour François Fillon. En effet, selon l’AFP les personnes touchant plus de 30 000 euros par an (soit un salaire de 2 500 euros par mois) ont voté à 35% pour François Fillon.

Juste derrière lui, Marine Le Pen drague 30% des voix. Pour les salaires inférieurs à 30 000 euros par an, on reste sur les même proportions. Cependant, c’est Marine Le Pen qui arrive en tête.

En revanche, en deçà de 25 000 euros par an, Marine Le Pen et Emmanuel Macron arrivent à égalité à 23% des voix. Le candidat d’En Marche! reste aussi en bonne position chez les Français touchant moins de 15 000 euros par an (27%). Alors que Marine Le Pen laisse sa place à Jean-Luc Mélenchon qui drague 28% des voix.

Contrairement aux idées reçues, la candidate frontiste n’est donc pas la candidate plébiscitée par les ouvriers et les bas salaires.