fbpx
Actualités
Partager sur

Présidentielle 2017: les élections ont un nouveau règlement pour éviter les abus

Présidentielle 2017: les élections ont un nouveau règlement pour éviter les abus

Dans le but de limiter les abus et la rendre plus transparente, l'élection présidentielle est maintenant régie par de nouvelles règles. Si elle ne change pas fondamentalement, elle offre une meilleure visibilité des comptes et de l'organisation.

Jacques Attali, invité sur le plateau de Jean-Jacques Bourdin mardi 5 avril, avait parlé d’« un des grands problèmes de la classe politique française, c’est qu’elle est verrouillée par le coup de force qui a rendu pratiquement impossible à qui que ce soit qui ne soit pas représentant d’un grand parti ». Le jour même, l’Assemblée Nationale adoptait la proposition de loi organique qui modifie les règles de l’élection présidentielle à 299 voix favorables. Un changement de règles qui justement, porte sur le système des parrainages et le temps de parole de chaque candidat. Une chose que les petits partis ont tout de suite rejeté et parlant d’indignation. Mais quelles sont ces nouvelles règles ?

Un nouveau système de parrainage plus transparent

Dans ce texte, il est prévu que les parrainages deviennent plus transparents. Il est notamment prévu que la liste des 500 signatures d’un candidat soit publiée dans sa totalité alors qu’aujourd’hui, seul une petite partie pouvait être diffusée publiquement. Afin de ne plus faire de suspens dans la course aux parrainages dans la présidentielle, l’avancée des signatures sera publiée deux fois par semaine par le Conseil constitutionnel. Les parrainages seront ensuite transmis aux Sages, alors qu’avant, elle passait directement dans les mains du candidat.

Les primaires seront maintenant comptabilisées dans les comptes de campagne des présidentielles

Soyons honnête, c’est légèrement hypocrite de la part du gouvernement actuel de proposer une telle formule, ayant profité de cette absence de législation lors de la présidentielle de 2012. Soit dit en passant, si ce système a été ratifié, c’est notamment pour éviter les débordements et les abus. Car il ne faut pas se voiler la face, les trafics de comptes de campagne font polémique encore aujourd’hui, et notamment avec l’affaire Bygmalion. Pour le moment, la droite a réuni 12 candidats pour sa primaire, et à gauche certains frondeurs souhaitent aussi utiliser ce stratagème pour remplacer François Hollande.

Le CSA devra se charger de l’équité

Le temps de parole, ce passage fait tout le temps débat lors de la présidentielle. L’article 4 de cette loi prévoit alors que le principe de l’égalité du temps de parole soit remplacé par une règle d’équité. Il reviendra donc au CSA de veiller à un traitement équitable du temps de parole entre chaque candidat en fonction de la représentativité et de sa « contribution à l’animation du débat électoral », selon le texte.

Les sondages vont être mieux établis

Dans un soucis encore une fois de transparence, les sondages réalisés pour la présidentielle devront être encore plus précis. Ce qui signifie qu’il devront aussi établir « la proportion des personnes n’ayant pas répondu » et les « critères de redressement des résultats bruts ». Cette nouveauté sera rendue publique, le but étant d’instaurer plus de rigueur et plus de transparence sur le fonctionnement de la présidentielle.

Le bureau de vote, c’est fermé après 19 heures

Une heure de plus dans les bureaux de vote, c’est officiel. En effet, suite à la fuite des estimations trop fréquentes et parfois qui influencent les décisions, les bureaux de vote seront ouverts une heure de plus dans toute la France. Les grandes agglomérations comme c’est le cas de Paris, Marseille ou Lyon auront le choix de prolonger la fermeture jusqu’à 20 heures.