fbpx
Actualités
Partager sur

Front National: Florian Philippot se dit victime d’un complot médiatique

Présidentielle 2017: Florian Philippot se dit victime d’un complot médiatique

Florian Philippot reprend une vieille rengaine du Front National dans une interview accordée ce lundi aux Grandes Gueules de RMC.

Le numéro deux du Front National n’a pas pu s’empêcher de jouer une nouvelle fois les victimes d’un complot médiatique à son encontre. Invitée des Grandes Gueules de RMC, Florian Philippot se dit victime d’une maltraitance de la part des médias.

Ne pas parler des affaires, ne pas parler des affaires …

Florian Philippot était invité, lundi, des Grandes Gueules sur RMC. Le numéro deux du Front National, bras droit de Marine Le Pen est venu répondre à quelques questions d’actualité qui fâchent.

En effet, à peine dix minutes après le début de l’émission, les esprits s’échauffent dans le studio. Florian Philippot ne supporte plus les questions répétées des chroniqueurs à propos de ce que les médias appellent l’affaire Le Pen. Faisant référence aux emplois fictifs de la députée européenne au Parlement européen.

Les chroniqueurs tentent d’apaiser le débat en revenant sur les possibles affaires dans lesquelles pourraient être trempé Emmanuel Macron. Florian Philippot s’emballe alors et moque les chroniqueurs et journalistes.

Il les accuse notamment de faire partie d’un vaste complot visant à décrédibiliser la parole du Front National … au profit du candidat d’En Marche!. En effet, selon la figue médiatique du Front National, Marine Le Pen et Emmanuel Macron ne bénéficient pas du même traitement médiatique.

Attaquer les journalistes, attaquer les journalistes …

Il trouve donc absurde de parler des affaires auxquelles Emmanuel Macron serait lié, puisqu’il suppose que les médias sont de mèches. Il va même jusqu’à dire :

« Vos collègues me le disent après les interviews, qu’ils ont des consignes pour ne pas me traiter de la même manière qu’Emmanuel Macron. »

L’animation est à son apogée dans le studio. Les journalistes réclament des explications. Il semble impossible à Florian Philippot de lancer des accusations pareilles sans donner plus d’informations. Florian Philippot promet dans un premier temps de donner les noms desdits journalistes (en off) avant de se rétracter.

Il invoque le secret des sources puis tente de changer de sujet. Mais les chroniqueurs tiennent à défendre leur réputation. Non, ils ne sont pas complices d’un complot anti-FN orchestré par les grands groupes de médias.

Pour preuve, Florian Philippot évoque alors Charles Consigny, chroniqueur de l’émission absent à ce moment-là. Selon lui, le chroniqueur a liké des tweets à caractère injurieux et appelant à la violence contre sa personne.

Mais les journalistes se défendent une dernière fois avant de reprendre le cours de l’interview. Les chroniqueurs sont là pour exprimer des avis. Ils ne sont pas journalistes et donc pas soumis aux mêmes règles d’objectivité que l’on réclame en général à ceux-ci.