fbpx
Actualités
Partager sur

PenelopeGate: un ex-assistante parlementaire payée seulement 600 euros par mois

PenelopeGate: un ex-assistante parlementaire payée seulement 600 euros par mois

Nouveau volet dans l’affaire PenelopeGate. Une ancienne assistante parlementaire détaille ses fiches de paie dans le Courrier de l’Ouest.

Jeanne Robinson-Behre témoigne dans le Courrier de l’Ouest paru mercredi. La jeune femme, ancienne assistante parlementaire de Marc Joulaud, révèle le contenu de ses fiches de paie.

Payée seulement 607 euros par mois pour le même poste

Elle a été employée par Marc Joulaud comme assistante parlementaire au même moment que Penelope Fillon. Les deux femmes n’ont jamais travaillé ensemble pourtant. Dans une interview pour le Courrier de l’Ouest, Jeanne Robinson-Behre explique qu’elles n’avaient tout simplement pas les mêmes tâches.

Cela explique-t-il aussi les différences colossales de rémunération entre les deux femmes? Toutes deux employées par Marc Joulaud alors que François Fillon est au gouvernement, l’une touche un dixième de ce que l’autre gagne par mois. On vous laisse deviner laquelle.

En effet, selon les fiches de paie de Jeanne Robinson-Behre, elle touchait 607 euros par mois. De son côté, Penelope Fillon gagne 6 000 euros net par mois. Une différence qui laisse perplexe les journalistes.

Mais Jeanne Robison-Behre ne se plaint pas de cette injustice. Selon elle, cela pourrait également s’expliquer parce qu’elle touchait 1 770 euros par mois en tant qu’assistante du sénateur Jean-Pierre Chauveau. Avec 2 377 euros par mois, Jeanne Robinson-Behre touche tout de même trois fois moins que sa collègue présumée.

« Ça ne me concernait pas. Moi, j’avais un boulot, j’avais un salaire. C’est celui que j’avais négocié et qui me convenait. »

Des fonctions toujours plus floues

L’ancienne assistante parlementaire, aujourd’hui adjointe à la mairie d’Angers, ne cherche pas à couler la défense des Fillons. Dans son interview, elle raconte que si elle n’a jamais travaillé directement avec Penelope Fillon c’est parce qu’elles n’avaient pas les mêmes fonctions.

Et d’ajouter que Penelope Fillon travaillait certainement plus pour son mari que son rôle officiel ne le laisse entendre. En effet, elle explique que François Fillon, le ministre, est resté très proche de sa circonscription. Penelope Fillon aurait alors servi à faire le lien entre les deux députés.

Une version des faits qui tente de démonter l’argument des journalistes selon lequel on ne voyait pas beaucoup Penelope Fillon à l’Assemblée, ni sur le terrain.