Actualités
Partager sur

Inde: un pigeon accusé d’être un espion pakistanais

Inde: un pigeon accusé d’être un espion pakistanais
Partager
Partager sur Facebook

En Inde, un pigeon voyageur a été arrêté à la frontière pakistanaise en possession d’une lettre de menace. Il a été placé en détention.

En Inde, un pigeon a été arrêté à la frontière pakistanaise alors qu’il transportait une lettre de menace. La lettre, prise très au sérieux par les autorités indiennes, a conduit le volatile en détention. Et ce, jusqu’à la fin de l’enquête.

L’Inde reçoit une menace d’attaque via pigeon voyageur

En Inde, un pigeon est actuellement accusé d’être un espion pakistanais. En effet, il a été retrouvé près de la frontière entre l’Inde et le Pakistan avec une lettre de menace accrochée à la patte.

Plus précisément, il a été retrouvé près de la ville de Pathankot, dans le Penjab indien. Là où se trouve une importante base aérienne militaire indienne. Selon Rakesh Kumar, inspecteur de police cité par l’AFP, la menace est prise très au sérieux.

La raison ? Rédigée en ourdou, la langue officielle du Pakistan, la lettre évoque la possibilité d’une attaque pakistanaise sur le sol indien.

« Modi nous ne sommes plus les mêmes personnes qu’en 1971. Maintenant chaque enfant est prêt à combattre. »

Par ailleurs, c’est cette même base militaire qui a été attaquée en janvier dernier. Dans la nuit du 1er au 2 janvier, la base aérienne militaire de Pathankot a été prise d’assaut par un groupe armé. L’attaque a fait 11 morts, dont quatre des assaillants qui faisaient partie du groupe islamiste Jaish-e-Mohammed.

Cette attaque avait pour but de geler les négociations de paix entre le Pakistan et l’Inde. Une semaine seulement après la visite du Premier ministre indien, Narendra Modi, sur place.

Inde contre Pakistan, une guerre qui dure depuis 1947

La lettre de menace, arrivée par pigeon, est signée du groupe djihadiste Lashkar-e-Taiba. Le même groupe djihadiste responsable de l’attentat de Bombay en novembre 2008. A l’époque, dix hommes lourdement armés avaient pris d’assauts la ville entière. Ils avaient attaqué deux hôtels, un restaurant touristique, un centre culturel juif et la principale gare ferroviaire. Au total, on dénombre 166 morts et 300 blessés.

Lashkar-e-Taiba est pourtant un groupe terroriste qui avait été interdit au Pakistan sous la pression américaine en 2002. Cependant, le groupe continue ses activités sans que les autorités pakistanaises interviennent.

La lettre évoque également 1971, la date de la dernière guerre ouverte entre l’Inde et le Pakistan. Une guerre autour de la région du Pakistan oriental. Depuis, cette ancienne région de l’Inde a pris son indépendance, aujourd’hui il s’agit du Bangladesh.

Ce n’est pas le premier pigeon voyageur arrêté par les autorités indiennes. Les tensions entre les deux pays continuent de s’intensifier autour de la région du Cachemire, revendiquée par les deux camps.