fbpx
Actualités
Partager sur

Marine Le Pen: la justice française demande la levée de son immunité parlementaire

Marine Le Pen: la justice française demande la levée de son immunité parlementaire

La demande de levée d'immunité parlementaire de Marine Le Pen a été demandée par la justice française dans le cadre de l'enquête sur les emplois fictifs.

Marine Le Pen est-elle en danger ? En effet, les enquêteurs sur l’affaire des emplois fictifs du Front National au sein du parlement européen ont demandé la levée de son immunité parlementaire. Malgré le refus de Marine Le Pen à parler à la justice, la demande a été faite fin mars. Soit un mois avant le premier tour de la Présidentielle 2017. La demande d’immunité concernait Marine Le Pen et l’eurodéputée Marine-Christine Boutonnet selon Europe 1.

Si cette demande a été faite, c’est que la justice cherche à vérifier l’information selon la quelle le Front National utilisé de l’argent de l’Europe pour payer ses assistants parlementaires. Ces derniers ne travaillaient pas réellement pour l’institution. En effet, ils sont soupçonnés de travailler pour le compte du FN en France. Ce qui est illégal. Cette enquête avait été ouverte en mars 2015 après un signalement du parlement de Strasbourg.

Marine Le Pen et le refus de sa convocation

Pour le moment, seul deux assistants parlementaires ont été mis en examen. Ils l’ont été pour « recel d’abus de confiance ». Les deux personnes incriminées sont Catherine Griset, la chef de cabinet de Marine Le Pen et Charles Hourcade, un des graphistes du parti.

Pour le moment, l’affaire ne s’est pas étendue. D’autant que Marine Le Pen a refusé de se rendre à la convocation des juges le 10 mars dernier. Cet entretien avait été demandé en vue d’une possible mise en examen. Mais invoquant son immunité parlementaire, elle avait refusé de se rendre devant la justice. Cette décision lui avait valu des railleries, notamment lors du débat sur BFMTV et CNews qui avait opposé les 11 candidats à la Présidentielle 2017. Philippe Poutou avait notamment parlé d’« immunité ouvrière » pour la parodier.

Marine Le Pen réagit à cette demande

Marine Le Pen a d’ailleurs déjà réagi à cette demande de la justice française. Ce vendredi 14 avril au matin, invité sur Franceinfo, elle a déclaré que cette demande est normal et n’est pas surprenante. « C’est normal, c’est la procédure tout à fait classique. Je pense que c’est la procédure normale », a déclaré Marine Le Pen.