fbpx
Actualités
Partager sur

Front National: l’assistant de Louis Alliot rémunéré 31 000 pour un SMS en huit mois

Front National: l'assistant de Louis Alliot rémunéré 31 000 pour un SMS en huit mois

Marine Le Pen a de quoi s’inquiéter. Dans le cadre de l’affaire des assistants parlementaires, les enquêteurs viennent de faire une nouvelle découverte.

Louis Aliot n’a visiblement pas besoin d’assistant parlementaire. Il se débrouille tellement bien tout seul qu’en moins d’un an, il n’a échangé qu’un seul SMS avec son assistant. C’est ce que révèle ce mercredi 20 Minutes.

Les emplois fictifs bientôt confirmés ?

C’est un nouveau rebondissement dans l’affaire des emplois fictifs qui touche l’entourage de Marine Le Pen. Les enquêteurs français en charge du dossier ont peut-être trouvé la preuve que l’assistant de Louis Aliot n’a jamais travaillé pour le député européen.

Louis Aliot, député frontiste au Parlement européen a employé Laurent Salles comme assistant parlementaire. Entre juillet 2014 et février 2015, selon une information de L’Obs, Laurent Salles aurait été rémunéré à hauteur de 31 000 euros. Cependant voilà, son travail, dans le cadre des soupçons d’emplois fictifs qui pèsent sur le FN, a été dûment inspecté.

Laurent Salles a-t-il vraiment travaillé ?

Les agents de l’Office Centre de Lutte Contre la Corruption et les Infractions Financières et Fiscales ont cherché. Ils n’ont rien trouvé. Pas une seule preuve, donc, que Laurent Salles a effectué un travail d’assistant parlementaire sur la période mentionnée.

Pendant huit mois, les deux hommes qui sont censés être de proches collaborateurs n’ont échangé qu’un seul SMS. Le message en question aurait été envoyé le 5 septembre aux alentours de 15h. Hormis cet échange, les enquêteurs n’ont trouvé trace d’aucun autre message, mails ou courrier entre les deux hommes. Pendant ce temps, Laurent Salles touchait son salaire, s’élevant au total à 31 000 euros. Soit plus de 3 800 euros par mois.

Selon les enquêteurs de l’OCLCIFF cet unique SMS est « susceptible de caractériser la nature fictive de l’activité parlementaire européenne de Laurent Salles ». D’ailleurs, Louis Aliot n’a pas été en mesure d’apporter les preuves du travail effectif de Laurent Salles. Selon 20 Minutes, il aurait simplement indiqué que ce dernier était en charge de son agenda.

Pour le moment aucun des deux hommes n’a été officiellement entendu par les enquêteurs.