fbpx
Actualités
Partager sur

François Hollande candidat en 2017 ? Et si c’était déjà le cas !

François Hollande candidat en 2017 ? Et si c’était déjà le cas !

François Hollande serait-il officiellement le candidat pour 2017. Certes le président ne l'a pas annoncé officiellement, mais entre ses déclarations et une annonce solennelle, il n'y a qu'un pas !

Bon alors, il y va ou pas ? Le mystère autour de la candidature de François Hollande est en train de se dissiper petit à petit. En effet, lors de son interview sur Europe 1 mardi 17 mai, le président de la République a déclaré qu’ « il y a une alternative de droite qui existe, et si je ne suis pas…, si la gauche n’est pas reconduite, ce sera la droite qui l’emportera ou l’extrême droite »… Pour l’éditorialiste du Parisien, Eric Hacquemand, cela permet de faire presque une candidature officielle en seulement quelques secondes… En douceur quoi ! Et la presse est unanime, François Hollande est dorénavant en campagne pour sa propre succession dans un second mandat présidentiel.

Une non-présentation serait un aveux d’échec

Et dans un sens, cela paraît logique pour François Hollande. Premièrement, au regard de l’histoire ! Chaque président de la cinquième République s’est automatiquement représenté pour un second mandat. Seul exception, Georges Pompidou… Mais ne lui en voulons pas, celui-ci est mort en plein durant ses fonctions. Pour ce qui est de François Hollande, pas de doute. En effet, celui-ci ne cherche qu’à maintenir sa politique qu’il juge la bonne et s’obstine à volontairement maintenir le cap. Dans de telles conditions, s’il venait à refuser sa candidature, ce serait un aveux d’échec retentissant qui coulerait les espoirs de la gauche pour les prochaines échéances électorales. Alors la candidature de François Hollande n’est rien d’autre qu’un secret de polichinelle malgré les voix qui s’élèvent à gauche.

François Hollande, l’homme qui contrôle tout !

Car oui, la gauche est plus que partagée. Si les députés frondeurs se sont réveillés autour de la loi travail et du débat qu’elle a engendré, jamais François Hollande n’a pris les devants. Manuel Valls, Myriam El Khomri et même Emmanuel Macron se sont mis en face de ces opposants et ont pris les coups pendant que le président martelé sur toutes les chaînes de télévision et les stations de radios que tout allait mieux et que cela allait se sentir. Autrement dit, jouer le bon et les autres les méchants. Et d’ailleurs pour l’éditorialiste de Ouest France, Michel Urvoy, cela ne fait aucun doute, tout est calculé: « François Hollande entend rester le maître du jeu. En réservant sa candidature jusqu’en décembre, il empêche ses compétiteurs d’annoncer la leur. La différence entre un candidat sortant et un nouveau, c’est que le premier maîtrise le calendrier de tous ».