fbpx
Actualités
Partager sur

Emmanuel Macron plaisante sur l’affaire Benalla « il n’a jamais été mon amant ! »

Emmanuel Macron plaisante sur l'affaire Benalla il n'a jamais été mon amant grande
Partager
Partager sur Facebook

Après une semaine marquée par l'affaire Benalla, Emmanuel Macron a pris la parole devant les députés LREM pour la première fois depuis le début de l'affaire

Après une semaine marquée par l’affaire Benalla, Emmanuel Macron a pris la parole devant les députés LREM pour la première fois depuis le début de l’affaire.

Emmanuel Macron s’exprime sur l’affaire Benalla !

Ce mardi 24 juillet, Emmanuel Macron a pris la parole pour la première fois devant les députés LREM concernant l’affaire Benalla ! Le président de la République a pris la responsabilité sur cette affaire qui secoue l’Elysée et la vie politique française depuis une semaine.

Après six jours de silence, Emmanuel Macron sort enfin de son mutisme. L’affaire Benalla, du nom de ce chargé de mission Alexandre Benalla, très proche conseiller du président. Il a été filmé en train de frapper violemment deux manifestants le 1er mai 2018 à Paris !

Le chef de l’Etat a assumé entièrement sa part de responsabilité dans l’affaire Benalla : « S’ils cherchent un responsable, le seul responsable, c’est moi et moi seul. Alors, Qu’ils viennent me chercher. » Des propos largement relayés sur les réseaux sociaux. Et qui mettent de l’huile sur le feu ! Car beaucoup de zones d’ombres non éclaircies dans cette affaire qui touche directement le président ! Et il se dit lui-même responsable.

Emmanuel Macron défend Alexandre Benalla, malgré ses actes ultra violents !

Il s’exprime ensuite sur Alexandre Benalla, qui a ainsi frappé plusieurs manifestants le 1er mai. Tout en étant habillé en policier (alors qu’il ne l’est pas!), équipé et armé !

« De quoi s’agit-il ? Alexandre Benalla, c’est quelqu’un qui nous a accompagnés pendant la campagne avec beaucoup de courage et d’engagement. C’est quelqu’un qui a permis à un moment, sortant de nulle part, n’étant pas protégé et aidé, c’est normal, ni par l’état et les services publics. Et il était légitime d’avoir des gens qui organisent des déplacements et des réunions. Il a été engagé par le mouvement. Il m’a accompagné avec beaucoup d’engagement et quoiqu’il advienne et ce qu’il se passe dans cette affaire, je n’ai pas à oublier cet engagement ou à ne pas m’en souvenir. »